Vidéo. Tati, la mythique enseigne de prêt-à-porter ferme définitivement ses portes

517
DR

C’est une institution du quartier Barbés qui tire sa révérence. Le magasin Tati, qui faisait l’angle du boulevard parisien sera bientôt fermé, son activité ayant été fortement affectée par la crise du Covid-19, a annoncé mardi le groupe GPG, qui avait repris l’enseigne en 2017.

«Tati n’a pas vu le retour de ses clients vers son centre historique de Barbès», dont le magasin a été «doublement» touché par les grèves de décembre dernier et la crise sanitaire, explique son directeur général délégué Thierry Boukhari, cité dans un communiqué. Le magasin, dont le vichy rose égayait ce quartier populaire de Paris depuis 1948, «a accusé une baisse de 60 % de ses ventes entre le 1er octobre 2019 et le 31 mai 2020 par rapport à la même période l’année précédente», précise-t-il.

Tati Mariage et Tati déstockage sauvés

L’enseigne se voit donc contrainte «d’envisager la fermeture définitive du magasin de Barbès avec l’accompagnement des 34 collaborateurs concernés dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE)», ajoute le groupe dans son communiqué. Les deux magasins Tati Mariage et Tati déstockage à Barbès (11 collaborateurs) seraient, quant à eux, maintenus.

 

Lire aussi : Vidéos. Les réactions après la mort du chanteur Idir, légende de la musique kabyle

 

Propriété du groupe Eram depuis 2004 après avoir été fondée en 1948 par Jules Ouaki, l’enseigne au vichy rose, en difficulté, avait été mise en vente en mars 2017 puis placée en redressement judiciaire. Le groupe GPG avait alors été choisi pour reprendre les 109 magasins et 1.428 salariés, avec la promesse de maintenir l’enseigne Tati. Mais «malgré 150 millions d’euros investis, deux fois ce qui était prévu dans le plan initial, Tati n’a pas constaté de retour suffisant de sa clientèle», souligne le groupe.

De Tati à Gifi

En septembre 2019, le groupe GPG avait organisé la reprise de 50 magasins Tati et de leurs équipes par l’enseigne Gifi, et facilité la reprise de 29 autres magasins par des anciens managers du groupe à travers l’enseigne de déstockage KLO.

«Ce plan de reprise des magasins a permis de maintenir l’emploi de plus de 1.000 collaborateurs, directement ou indirectement, pour les enseignes du groupe GPG, ou pour l’enseigne KLO dirigée par des anciens managers», selon le groupe.

Il y a an, Philippe Ginestet, le président du groupe GPG (propriétaire de Gifi, Tati, Besson et Trafic), avait annoncé que le site historique du boulevard Barbès à Paris resterait en 2020 le seul Tati en France, les autres magasins de l’enseigne devant passer sous pavillon Gifi. Ce transfert a pris plus de temps que prévu et il restait encore fin juin une vingtaine de magasins sous pavillon Tati.

Un symbole dans l’imaginaire maghrébin

L’enseigne au logo vichy rose fut une véritable institution dans les années 1980, en particulier pour la communauté maghrébine de France qui avait l’habitude d’y faire des achats, entre autres destinés aux familles « au bled ». Dans sa célèbre chanson « Tonton du bled » (1999), le groupe 113 cite la marque emblématique dans le couplet suivant:

« Avant de rentrer f’dar, je fais un petit détour par Oran
Vu qu’à Paris j’ai dévalisé tout Tati
Je vais rassasier tout le village même les plus petits
Du tissu et des bijoux pour les jeunes mariés
Et des jouets en pagaille pour les nouveaux nés »

Dans une chronique pour Le Courrier de l’Atlas (2017), le journaliste français d’origine kabyle, Nadir Dendoune, raconte l’importance symbolique du magasin Tati pour « les familles maghrébines »:

« Elle [ma mère] venait d’arriver en France à la fin des années 50 et une cousine à elle lui avait parlé de cette boutique pour les pauvres. D’ailleurs, à Tati, elle croisait beaucoup d’autres familles maghrébines qui venaient, comme elle, faire ses courses. Il y en avait tellement que Tati avait été rebaptisé «Tout Algérie transite ici». »

Ou encore en ses termes: « A l’aéroport, les vols pour le Maghreb étaient facilement reconnaissables grâce à ces énormes cabas qui inondaient les comptoirs d’enregistrement. En Algérie, tout le monde connaissait Tati. Un Algérien qui débarquait à Paris se rendait toujours d’abord à Tati avant d’aller visiter la Tour Eiffel. »

En 2018, l’émission Complément d’enquête diffusée sur France 2 consacre un épisode à la saga familiale à l’origine de la marque qui aura révolutionné le monde du prêt-à-porter.