Vidéo. Paris: plusieurs centaines de sans-papiers occupent le Panthéon

Credits: AFP

Plusieurs centaines de sans-papiers ont brièvement occupé le Panthéon vendredi après-midi pour réclamer leur régularisation et un rendez-vous avec le Premier ministre Edouard Philippe, a-t-on appris de sources concordantes.

Environ 700 migrants et leurs soutiens, selon les participants, avaient investi les lieux à la mi-journée, à l’initiative des collectifs « gilets noirs » et « La Chapelle debout », qui soutiennent les sans-papiers.

Ce lieu emblématique de la République française a été évacué dans le calme vers 16H45 par une sortie située à l’arrière du bâtiment, ont constaté des journalistes de l’AFP sur place.

Les occupants patientaient ensuite à l’extérieur, encadrés par les forces de l’ordre, en scandant notamment « Gilets noirs, Gilets noirs » ! » (nom d’un collectif de migrants vivant en foyer ou dans la rue en Ile-de-France, ndlr), « Qu’est-ce qu’on veut ? Des papiers ! ».

 

Lire aussi: France: le Panthéon ouvre ses portes à Simone Veil, "figure de la République"

 

Dans un communiqué diffusé en début d’après-midi, ils se présentaient comme « des sans-papiers, des sans-voix, des sans-visages pour la République française » et demandaient « papiers et logements pour toutes et tous ».

« On ne veut plus avoir à négocier avec le ministère de l’Intérieur et ses préfectures. On veut parler au Premier ministre Edouard Philippe, maintenant ! », écrivent-ils.

 

Lire aussi: Kigali, une jeune ville dans le panthéon des grandes métropoles africaines

 

« Beaucoup de gens vivent sans droit depuis des années. On occupe pour interpeller le Premier ministre pour une régularisation exceptionnelle. Il n’y a pas eu de régularisation exceptionnelle depuis la prise de pouvoir de Mitterrand (en 1981). Il est temps qu’il y en ait une », a expliqué à l’AFP Laurent, membre du collectif « Droits Devant ! » venu les soutenir à l’extérieur du bâtiment.

« Le Panthéon est un signe des grands hommes. Il y a à l’intérieur des symboles de la lutte contre l’esclavage. On se bat contre l’esclavage du troisième millénaire », a-t-il expliqué.