Vidéo. Harvey Weinstein arrêté et inculpé pour viol à New York

479
AFP.

Sept mois après les premières accusations d’abus sexuels portées à son encontre, l’ex-producteur s’est livré à la police new-yorkaise vendredi à 13h25 heure française. Arrêté, menotté, il est ressorti une heure et demie plus tard inculpé pour un viol et une agression sexuelle sur deux femmes différentes.

Il est arrivé au siège de la police new-yorkaise à 13h25 (7h25 heure locale), deux gros dossiers sous le bras. Veste sombre, pull bleu clair, Harvey Weinstein, 66 ans, s’est rendu au siège de la NYPD vendredi matin, sept mois après le début du scandale qui a secoué tout Hollywood. L’ancien producteur portait également deux livres sous le bras. Une livre sur Richard Rodgers, le magnat des comédies musicales de Broadway, et Une biographie d’Elia Kazan, le réalisateur d’Un tramway nommé désir. A-t-il peur de s’ennuyer au commissariat ou est-ce une opération de communication pour passer des messages? Le rendez-vous a été très rapide.
À 14h30, un communiqué de la police new-yorkaise a annoncé que le producteur est arrêté et inculpé dans le cadre de deux enquêtes concernant deux femmes différentes. L’une a conduit la mise en accusation pour viol, l’autre pour acte sexuel criminel. Un quart d’heure plus tard, l’ancien producteur sortait du siège de la NYPD, les mains dans le dos, très probablement menotté.


Si de nombreuses plaintes ont été déposées contre lui au civil ces derniers mois, ces inculpations sont les premières contre le producteur multi-oscarisé, exclu de l’Académie des oscars à la suite de ces accusations.

L’inculpation pour agression sexuelle correspond vraisemblablement à la plainte portée par l’actrice en herbe Lucia Evans. Elle affirme que le producteur l’a obligée à lui faire une fellation en 2004. La police new-yorkaise avait dans le passé indiqué enquêter également sur une accusation émanant de l’actrice Paz de la Huerta, qui accuse Harvey Weinstein de l’avoir violée chez elle en 2010. Depuis novembre, la police new-yorkaise affirmait tenir au moins «un vrai dossier» contre Harvey Weinstein. Une remise en liberté sous caution après l’inculpation vendredi aurait déjà été négociée avec ses avocats, moyennant un million de dollars de caution, le port d’un bracelet électronique et la remise de son passeport, selon le New York Times .
Plus de 70 victimes présumées
Même si la bataille judiciaire ne fait que commencer, Harvey Weinstein est depuis longtemps déchu. Depuis les premières révélations, début octobre dans le Times et le New Yorker, l’ex-magnat d’Hollywood a été évincé de sa compagnie et de l’Académie des Oscars. Il soignerait son addiction au sexe dans un établissement spécialisé de Scottsdale, en Arizona. Longtemps à la tête de l’une des plus influentes sociétés de production américaines, Weinstein doit faire face aux accusations de plus de 70 femmes pour des faits de harcèlement sexuel et, dans certains cas, de viol. Parmi elles figurent notamment les actrices Ashley Judd, Uma Thurman et Salma Hayek. Le cofondateur du studio Miramax et de la Weinstein Company affirme que toutes les relations qu’il a eues étaient consenties.
L’actrice Rose McGowan, parmi les premières à Hollywood à avoir accusé Harvey Weinstein d’agression sexuelle, s’est félicitée jeudi qu’un pas soit bientôt franchi en vue de rendre justice à ses victimes présumées. «Que cela donne de l’espoir à toutes les victimes et survivantes qui partout confient leur vérité», a-t-elle ajouté dans un communiqué. «C’est supercathartique pour beaucoup de victimes», a réagi Tarana Burke, fondatrice du #MeToo. «Nous assistons peut-être à un changement dans la façon dont les affaires de violences sexuelles sont traitées.» L’actrice Asia Argento, qui a réaffirmé avec force samedi dernier lors de la cérémonie de clôture du festival de Cannes avoir été violée par le producteur en 1997 à Cannes, a réagi d’un seul mot sur Twitter: «BOOM.»