Vidéo. Egypte: l’auteur d’un video-clip critique de Sissi meurt en prison

Chadi Habache. Crédit: DR.

Un jeune Egyptien qui avait été emprisonné après avoir réalisé le vidéoclip d’une chanson très critique du président Abdel Fattah al-Sissi est décédé samedi dans une prison du Caire, a affirmé son avocat.

Chadi Habache, âgé de 24 ans, est mort dans la prison de Tora, a indiqué à l’AFP Me Ahmed al-Khawaga, qui n’a pas été en mesure de donner les raisons du décès.

« Cela faisait quelques jours que son état de santé se détériorait (…) Il a été hospitalisé puis il est revenu hier soir en prison où il est mort dans la nuit », a-t-il précisé, sans donner plus de détails.

Chadi Habache avait été placé en détention en mars 2018, accusé de « diffusion de fausses nouvelles » et « appartenance à une organisation illégale », selon le Parquet.

Il avait été arrêté après avoir réalisé le clip de la chanson « Balaha » interprétée par le chanteur de rock Rami Issam. Celui-ci y critique vertement M. « Balaha », nom dont le président Sissi est affublé par ses détracteurs en référence au personnage célèbre d’un film égyptien pour être un menteur notoire.

Rami Issam s’était notamment fait connaître pendant la révolte populaire de janvier-février 2011 contre le président d’alors Hosni Moubarak, et s’est depuis exilé en Suède.

 

Lire aussi: Décès de Moubarak: message de condoléances du roi au président Al Sissi

 

Un temps censuré en Egypte, le clip a été visionné plus de 5 millions de fois sur YouTube.

Pour le Réseau arabe des droits humains et de l’information (ANHRI), Habache est mort en raison de la « négligence et de l’absence de justice ».

Les conditions de détention en Egypte sont régulièrement épinglées par les organisations de défense des droits humains.

Et depuis début mars, en raison de la pandémie de nouveau coronavirus, les autorités ont suspendu les visites au parloir et les travaux des tribunaux, isolant plus encore les détenus.

« A cause des mesures prises contre le coronavirus, personne n’a pu le voir » dernièrement, a souligné M. Khawaga.

Par crainte de contagion dans les prisons surpeuplées, les défenseurs des droits humains ont appelé à la libération des prisonniers de conscience ainsi que les détenus en attente de procès.

Plusieurs ONG estiment à 60.000 –sur un total de quelque 100.000 détenus– le nombre de prisonniers politiques en Egypte, opposants islamistes ou libéraux, cibles de la répression ayant suivi la destitution par l’armée en 2013 de Mohamed Morsi, le premier président civil démocratiquement élu à la présidence de l’Egypte.