Vidéo. Argentine: un ancien ministre condamné à près de six ans de prison après une catastrophe ferroviaire

408

L’ancien ministre argentin des Transports Julio de Vido a été condamné mercredi à cinq ans et huit mois de prison pour sa responsabilité dans l’un des pires accidents ferroviaires en Argentine, qui avait fait 51 morts en 2012.

Le tribunal a condamné Julio de Vido, 68 ans, pour « fraude contre l’administration », estimant qu’il n’avait pas mis en œuvre les investissements nécessaires au bon fonctionnement des chemins de fer argentins. Il a en revanche considéré que son action n’avait pas directement provoqué l’accident.

Ce proche de l’ex-présidente Cristina Kirchner, dont il a été ministre de la Planification, est déjà en détention provisoire depuis octobre 2017 pour des détournements de fonds.

L’ancien ministre, qui a la possibilité de faire appel, s’est dit devant le tribunal victime d’une « persécution politique, médiatique et judiciaire » et a considéré que sa condamnation était « une décision politique du président (Mauricio) Macri ».

Le 22 février 2012, un train de voyageurs de banlieue était entré dans la gare terminus d’Once, dans le centre de Buenos Aires, sans freiner, percutant le heurtoir en bout de voie.

L’accident, qui avait fait 51 morts et plus de 700 blessés, avait mis en lumière le mauvais état des chemins de fer, privatisés dans les années 1990.

Vingt et une personnes, dont un chef d’entreprise et deux ex-secrétaires aux Transports, avaient déjà été condamnées en décembre 2015 à des peines de six à neuf ans de prison ferme dans cette affaire.