Vidéo. Algérie: nouvelle tentative de vandalisme de la statue de Sétif

4062
Capture d'écran.

Un homme a tenté sans succès de s’attaquer hier à la statue féminine de l’emblématique fontaine Ain El Fouara de Sétif (300 km à l’est d’Alger), gravement vandalisée en décembre et récemment restaurée, a rapporté l’agence Algérie Presse Services (APS).
Selon le directeur de l’Office national de gestion et d’exploitation des Biens culturels protégés de la wilaya (préfecture) de Sétif, Mohamed Lamine Zerarga, cité par l’APS, un jeune homme de 30 ans est monté sur le monument en brandissant un marteau, mais le gardien et un passant sont rapidement intervenus.
Sur deux vidéos postées sur YouTube, on peut voir, debout sur le socle de la statue un jeune homme, qu’un homme tente de maîtriser.

Le jeune homme, vêtu à la manière salafiste -sarouel et chéchia- parvient à s’échapper en sautant dans la foule en colère, venue s’agglutiner autour de la statue et qui le prend en chasse.
Il est rattrapé quelques centaines de mètres plus loin et arrêté par la police. Aucun dégât n’était visible dans l’immédiat sur la statue.
Le gardien du monument a chuté et a été hospitalisé, a indiqué l’APS, citant le responsable culturel de la wilaya.
En décembre, un homme décrit comme déficient mental, avait endommagé à coups de marteau et burin le visage et les seins de la statue de Ain El Fouara. La statue restaurée avait été dévoilée en août, après sept mois de travaux.
Lire aussi: Diapo et Vidéo. Algérie: un islamiste vandalise une statue de femme à Sétif
La fontaine Ain El Fouara (« la source qui jaillit ») est un monument emblématique de Sétif. La statue, oeuvre du sculpteur français Francis de Saint-Vidal, a été réalisée spécialement pour la ville et installée au centre-ville en 1899. Bien que datant de la colonisation française, les Sétifiens y sont très attachés.
La statue avait été dynamitée en 1997, un attentat attribué aux islamistes, en pleine « décennie noire » de guerre civile les opposant à l’Etat algérien. Elle avait été réparée en 48 heures après une exceptionnelle mobilisation des habitants de Sétif.