Vidéo. Alexandre Benalla au Maroc pour récupérer 630.000 euros

à 12:45
Credits: DR

Une nouvelle affaire dans la série concernant Alexandre Benalla. Selon Mediapart, l'ex-conseiller d'Emmanuel Macron a signé en décembre dernier un contrat de sécurité en faveur de l'oligarque russe Farkhad Akhmedov, proche du président Poutine. Le montant de ce contrat serait de 980 000 euros.

L'article datant du 11 février explique que 350 000 euros ont déjà été perçus par Benalla qui s'est rendu au Maroc récemment pour récupérer le reste de la somme, soit 630.000 euros. En témoigne la photographie partagée par le site d'information français et montrant Benalla attablé au Lotus Club, un cabaret de Marrakech.

Alexandre Benalla, photographié en fin de semaine dernière au Lotus Club, un cabaret de Marrakech. DR

C'est la deuxième fois que l'ancien fonctionnaire de l'Elysée conclut un accord avec un oligarque russe pour le même montant. Renvoyé de l'Élysée en juillet dernier, il signe en octobre un autre contrat de sécurité par le biais d’une société baptisée France Close Protection, pour le compte de l'oligarque Iskander Makhmudov, un milliardaire soupçonné d'être lié à la mafia.

Lire aussi : Enregistrements Benalla: le parquet ouvre une enquête, Mediapart refuse une perquisition

Vendredi dernier, le parquet national financier (PNF) a confirmé l’ouverture d’une enquête pour corruption sur un contrat de sécurité signé avec Makhmudov, dans lequel serait également impliqué Chokri Wakrim, ami de Benalla, ex-membre des services spéciaux et compagnon de Marie-Elodie Poitout, commissaire de police alors responsable de la sécurité du Premier ministre.

Lire aussi : Vidéo. Quand Benalla se targue du soutien de Macron dans un enregistrement audio

Pour rappel, Alexandre Benalla, a été licencié par l’Élysée pour son implication dans des violences en marge des manifestations du 1er-Mai, mis en examen le 22 juillet, puis en janvier dans l’affaire de ses passeports diplomatiques non rendus et utilisés plusieurs mois pour des voyages postérieurs à son licenciement.