Une vidéo publiée par Trump retirée de Twitter pour atteinte aux droits d’auteur

172

Une vidéo de campagne publiée mardi par le président américain Donald Trump a été retirée de Twitter en raison de l’utilisation illicite de la musique du film de Batman « The Dark Knight Rises ».

Cette vidéo « a été désactivée suite à un signalement effectué par le détenteur des droits d’auteur », peut-on lire à l’endroit où apparaissait la vidéo, qui comptait plus de 2,3 millions de vues avant d’être supprimée mardi soir. Reprenant également la police de caractères du film de 2012, le président y lançait, sans masque ni cape, un message pour sa réélection: « D’abord, ils vous ignorent. Ils se moquent ensuite de vous. Et vous traitent de raciste. Donald J. Trump. Votre vote. Leur a tous donné tort. Trump: la grande victoire. 2020 ».

Le studio Warner Bros., propriétaire de la franchise Batman, a fait savoir que l’utilisation présidentielle du thème musical de « Dark Night Rises » n’était « pas autorisée ». « Nous oeuvrons par les voies juridiques appropriées à ce qu’elle (la vidéo) soit retirée », a indiqué un porte-parole du studio dans un communiqué repris par les médias américains. Ce n’est pas la première fois que Donald Trump en appelle à la pop culture pour faire passer ses messages politiques.

Lire aussi: Vidéos. Enquête russe: ce qui va changer pour Donald Trump

Le milliardaire new-yorkais a déjà plusieurs fois fait référence à la série Game of Thrones et à sa fameuse devise « Winter is coming » en tweetant « Sanctions are coming » à propos de l’Iran, et « The wall is coming » à propos du mur à la frontière avec le Mexique. « Comment dit-on détournement d’une marque déposée en Dothraki? », avait alors subtilement réagi la chaîne HBO, faisant référence à la langue imaginaire parlée par des personnages de sa série à succès.

Très présent sur Twitter, Donald Trump avait accusé le mois dernier les réseaux sociaux de pratiquer une « discrimination » contre les utilisateurs de droite, dénonçant une « collusion » des géants technologiques avec la gauche. « Il se passe quelque chose avec ces groupes de gens qui dirigent Facebook, Google et Twitter et je pense qu’il faut aller au fond des choses », avait-il dit.