Un Palestinien tué par des tirs israéliens à la frontière de Gaza

58
AFP.

Un Palestinien a été tué vendredi par des tirs israéliens lors d’affrontements à la frontière entre Gaza et Israël, a annoncé le ministère de la Santé de l’enclave palestinienne contrôlée par le mouvement islamiste Hamas.

Ahmed Qura, un Palestinien de 23 ans, est mort « des suites des blessures reçues lors de tirs des forces d’occupation israéliennes à l’est de Khan Younès », dans le sud de Gaza, au cours de manifestations près de la frontière, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Le jeune homme a été touché à l’estomac, précise-t-il, ajoutant que 38 Palestiniens ont aussi été blessés par des tirs vendredi.

Lire aussi: Vidéo. "Deal du siècle": voici à quoi ressemblera Gaza, selon Kushner

L’armée israélienne a annoncé samedi que ses soldats avaient ouvert le feu contre des manifestants violents, après avoir d’abord fait usage de « moyens de dispersion d’émeutes ».

« Environ 5.500 émeutiers et manifestants se sont rassemblés près de la barrière » qui sépare l’enclave palestinienne d’Israël, a indiqué à l’AFP une porte-parole de l’armée.

Les manifestants ont lancé des grenades et des engins explosifs et ont tenté de s’approcher de la barrière, a-t-elle assuré.

Revenir sur les terres

Depuis fin mars 2018, les Palestiniens de Gaza se rassemblent le long de la barrière lourdement surveillée qui les sépare d’Israël afin de protester contre le blocus imposé par l’Etat hébreu.

Ils réclament aussi le droit de revenir sur les terres dont leurs ancêtres ont été chassés ou qu’ils ont fuies lors de la création d’Israël en 1948.

Lire aussi: Gaza: les Palestiniens annulent la contestation du vendredi

Depuis mars 2018, au moins 296 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens à Gaza, pour la grande majorité lors des heurts qui accompagnent les rassemblements le long de la frontière. D’autres sont morts dans des frappes israéliennes, en représailles à des actes hostiles en provenance de l’enclave.

Sept Israéliens ont également été tués.

Les manifestations se sont apaisées ces derniers mois et la mort d’Ahmed Qura est la première depuis plusieurs semaines.