Un million d'enfants souffrent de sévère malnutrition en Afrique

à 15:45

L'Unicef émet un constat alarmant concernant l'impact de la saison des pluies la plus sèche de ces 35 dernières années en Afrique.

Le fonds des Nations Unies pour l'enfance a déclaré mercredi que près d'un million d'enfants souffrent de grave malnutrition en Afrique de l'est et australe. Une conséquence de la sécheresse qui touche actuellement le continent et qui devrait s'aggraver à cause d'El Niño. Ce phénomène climatique qui connaît cette année une forte intensité, met en péril les plantations qui ont ainsi démarré avec deux mois de retard dans certains pays. Les récoltes de maïs en souffrent, faisant notamment augmenter les prix de 73% au Malawi. Le Lesotho, le Zimbabwe et plusieurs provinces sud-africaines ont déjà déclaré l'état de catastrophe naturelle.
La directrice régionale de l'Unicef pour l'Afrique de l'est et l'Afrique australe, Leila Gharagozloo-Pakkala, estime que “les gouvernements répondent avec les ressources disponibles, mais (que) c'est une situation sans précédent”. Les enfants sont exposés à des risques de famine, de pénurie d'eau et de maladies comme le choléra. L'Unicef rappelle que la malnutrition sévère est responsable de la plupart des décès d'enfants de moins de cinq ans dans le monde.

Le Programme alimentaire mondial a lui aussi tiré la sonnette d'alarme lundi dernier, annonçant que 49 millions d'habitants de cette région auraient besoin d'aide dans les prochaines années. Au Malawi par exemple, les cas sévères de malnutrition ont bondi de 100% entre décembre 2015 et janvier 2016. En Éthiopie, le nombre de personnes qui devraient avoir besoin d'aide alimentaire est susceptible d'augmenter de 10 millions à 18 millions d'ici la fin de 2016. L'Unicef estime que l'Éthiopie a besoin de 87 millions de dollars de dons.
Selon le bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU, il faudrait deux ans aux pays touchés pour se remettre de la sécheresse, si les conditions agricoles s'améliorent dans la seconde moitié de l'année. À plus court terme, la saison des pluies s'achève normalement au mois d'avril, laissant ensuite place à cinq mois de saison sèche. Ces prévisions laissent entrevoir une aggravation de la situation d'ici à la fin de l'année.