H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Les Emirats arabes unis célèbrent le premier anniversaire de leur relation officielle avec Israël, une décision qui avait provoqué l’ire des Palestiniens. Mais loin des considérations géopolitiques régionales, le riche Etat du Golfe espère surtout tirer des milliards de ses nouveaux liens diplomatiques.

    Sous l’impulsion des Etats-Unis de l’ex-président Donald Trump, les Emirats, rejoints par leur voisin du Golfe Bahreïn, ont signé avec l’Etat hébreu les accords dits d’Abraham le 15 septembre 2020 à Washington, les Palestiniens les accusant de « trahison ».

    D’autant que la décision des Emirats n’était pas liée à la nécessité de mettre fin à la guerre, comme ce fut le cas pour l’Egypte et la Jordanie, les deux premiers pays arabes à avoir reconnu Israël respectivement en 1979 et 1994.

    Les accords d’Abraham ont rompu avec des décennies de consensus arabe excluant l’établissement de liens officiels sans résolution de la question palestinienne, à commencer par la fin de l’occupation illégale de leurs territoires par l’Etat hébreu.

    Ils ont pourtant ouvert la voie à des initiatives similaires, avec le Maroc et le Soudan, moyennant des avantages politiques à leur égard concédés par les Américains. La première économie arabe, l’Arabie saoudite, a toutefois rejeté toute reconnaissance d’Israël sans règlement du conflit avec Palestiniens.

    Les Emirats arabes unis, lancés depuis des décennies dans la diversification de l’économie, dépendant de moins en moins du pétrole, ont signé une série d’accords avec Israël allant du tourisme à l’aviation en passant par les services financiers.

    Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yaïr Lapid, a effectué une visite inédite aux Emirats en juillet, inaugurant une ambassade à Abou Dhabi, la capitale, et un consulat à Dubaï, les responsables émiratis ayant fait de même à Tel Aviv.

    « Après un an des accords d’Abraham, nous avons une histoire à raconter », a déclaré lundi le ministre de l’Economie des Emirats, Abdallah ben Touq Al-Marri, lors d’une table ronde organisée par l’Atlantic Council, un centre de réflexion américain.

     

    – « Vraiment stratégique » –

     

    « Nous avons échangé des ambassadeurs, nous avons signé plus de 60 protocoles d’accord. Nous avons 600 à 700 millions (de dollars) d’échanges bilatéraux, nous avons des fonds de plusieurs milliards de dollars qui ont été annoncés », a insisté le responsable émirati.

    Selon lui, les deux pays cherchent à développer des relations qui pourraient atteindre « plus de mille milliards de dollars d’activité économique au cours de la prochaine décennie ».

    Les Emirats espèrent également pouvoir expédier du pétrole vers l’Europe via un oléoduc israélien, un projet mis à mal par les militants écologistes qui craignent des dommages importants aux récifs coralliens de la mer Rouge.

    La reconnaissance officielle d’Israël n’implique pas nécessairement l’adhésion des peuples. Aux Emirats comme au Bahreïn, les critiques à l’encontre d’Israël fusent sur les réseaux sociaux, mais les condamnations publiques contre la normalisation sont rares dans ces pays particulièrement hostiles à la liberté d’expression.

    En mai, la répression par les forces israéliennes de manifestants palestiniens à Jérusalem-Est occupé puis les raids aériens pilonnant la bande de Gaza, ont momentanément embarrassé les nouveaux amis arabes de l’Etat hébreu. Mais les relations ont perduré, même si l’étalage public de leur lune de miel a connu un coup d’arrêt.

    « Tout le monde arabe était un peu préoccupé par ce qui se passait à Gaza et par les images diffusées », avait déclaré à l’AFP Ilan Sztulman Starosta, chef du consulat israélien à Dubaï.

    Selon ce responsable, les relations n’ont pas pour autant été affectées, les accords d’Abraham étant dictés par des considérations d' »intérêt national pour le gouvernement émirati comme pour le gouvernement israélien ».

    « Pour nous, c’est vraiment stratégique », a-t-il insisté, soulignant qu’environ 200.000 Israéliens avaient visité les Emirats arabes unis au cours de l’année écoulée et qu’une quarantaine d’entreprises de son pays s’y étaient déjà installées.

    Share.

    Comments are closed.