Turquie: près de 4 ans de prison pour l’agresseur d’une femme en short

569

Un tribunal d’Istanbul a condamné jeudi à près de quatre ans de prison ferme un homme qui avait agressé une infirmière dans un bus au motif qu’elle portait un short, une affaire qui a suscité l’indignation en Turquie.

Abdullah Cakiroglu a été reconnu coupable d' »atteinte à l’exercice de la liberté de croyance, de pensée et d’opinion », de « coups et blessures volontaires » et d' »injure », et condamné à trois ans et 10 mois de prison, a rapporté l’agence de presse progouvernementale Anadolu. Le parquet avait requis neuf ans et quatre mois de prison, selon le quotidien Hürriyet.

Le 12 septembre 2016, akiroglu, un agent de sécurité âgé de 35 ans au moment des faits, a asséné un coup de pied au visage d’Aysegül Terzi, une infirmière de 23 ans, à bord d’un bus d’Istanbul, parce qu’elle portait un short.

Après l’agression, l’homme, qui a reconnu les faits, a cherché à justifier son geste, un « réflexe involontaire », en affirmant que sa victime était assise dans le bus « d’une manière obscène ».

Cet incident a suscité une vive émotion en Turquie, et une agression similaire en juin dernier a donné lieu à plusieurs manifestations au slogan éloquent : « Touche pas à mon short ! » Les défenseurs des droits des femmes accusent le gouvernement islamo-conservateur turc de créer un contexte propice à un sentiment d’impunité, même si les dirigeants turcs condamnent régulièrement ces agressions.

Les militants reprochent notamment au président Recep Tayyip Erdogan des remarques incendiaires, comme l’année dernière, lorsque le chef de l’Etat turc avait estimé que les femmes étaient « incomplètes » sans enfants.