Turquie: deux employés d’un consulat américain brièvement détenus

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s’entretient avec son homologue américain Donald Trump à New York lors de la 72e assemblée générale de l’ONU. C AFP

Les autorités turques ont brièvement placé en garde à vue mercredi deux Turcs employés par un consulat américain accusés de s’être « moqués de l’islam » lors d’une fête d’Halloween, a rapporté l’agence de presse DHA.

D’après l’agence, un homme et une femme travaillant pour le consulat américain à Adana (sud de la Turquie) ont été placés en garde à vue pour être entendus par la police mercredi, puis ont été remis en liberté.

Leur interpellation intervient après la publication sur les réseaux sociaux d’une vidéo montrant deux personnes en train de se moquer de l’eau de « zamzam », puisée à La Mecque et considérée comme miraculeuse par les musulmans, lors d’une fête d’Halloween.

 

Lire aussi: La Turquie activera ses missiles antiaériens russes, réitère Ankara

 

Dans cette vidéo, l’homme, vêtu d’un long habit blanc et d’une calotte, lève un verre apparemment rempli d’une boisson alcoolisée et dit : « Buvez aussi de cela ».

Citant le bureau du procureur général d’Adana, DHA a rapporté qu’après la publication de ces images, une enquête pour « dénigrement des valeurs religieuses » avait été ouverte.

Le bureau du procureur a ajouté que les individus apparaissant dans la vidéo, deux « employés du consulat des Etats-Unis à Adana » âgés de 30 et 38 ans, avaient été interrogés puis relâchés.

Le placement en garde à vue de ces deux personnes intervient alors que les relations entre Ankara et Washington traversent une phase délicate, en raison notamment d’une offensive lancée par la Turquie en Syrie contre une milice kurde soutenue par les Etats-Unis.

 

Lire aussi: La Turquie commence à renvoyer des jihadistes étrangers

 

L’arrestation de plusieurs Turcs travaillant pour les représentations diplomatiques américaines en Turquie ces dernières années avait déjà fortement tendu les relations.

Le cas d’un employé du consulat américain à Istanbul, Metin Topuz, en détention provisoire depuis 2017, cristallise particulièrement les tensions. Accusé par les autorités turques d' »espionnage » et de « tentative de renversement du gouvernement », il risque la prison à vie.

En janvier dernier, un tribunal turc avait libéré sous contrôle judiciaire un Turc travaillant pour le consulat américain à Adana, Hamza Ulucay, après près de deux ans de détention préventive pour « aide à un groupe terroriste ».