Vidéos. Tunisie: le président du Parlement va assurer l’intérim après le décès d’Essebsi

76

Le président du Parlement tunisien Mohamed Ennaceur va être intronisé président de la République par intérim jeudi après-midi, quelques heures après le décès du chef de l’Etat Béji Caïd Essebsi, a indiqué à la presse le vice-président du Parlement, Abdelfattah Mourou.

« Mohamed Ennaceur va prêter serment au Parlement aujourd’hui à 14h00 » (15H00 GMT), a déclaré Mourou. Selon la Constitution, Ennaceur peut assurer l’intérim durant 45 à 90 jours.

Le président du parlement tunisien Mohamed Ennaceur a prêté jeudi serment constitutionnel devant les membres du bureau de l’Assemblée des Représentants du Peuple pour son investiture à la présidence de la République tunisienne par intérim suite au décès du président Béji Caïd Essebsi. L’investiture de Ennaceur intervient conformément aux articles 84 et 85 de la constitution qui prévoient qu’en cas de vacance définitive, comme la démission ou le décès du chef de l’Etat, c’est le président de l’Assemblée des représentants du peuple qui assure l’intérim pendant une période comprise entre 45 jours minimum et 90 jours maximum.

Cet intérim ne donne que des pouvoirs limités au nouveau président. Il ne lui est pas possible de modifier la Constitution, de convoquer un référendum, de dissoudre le Parlement ou de censurer le gouvernement. Le président tunisien par intérim , Mohamed Ennaceur incarne à 85 ans la continuité du chef de l’Etat décédé Beji Caïd Essebsi dont il était proche. Ce spécialiste en droit social exercera le pouvoir durant 45 à 90 jours, jusqu’à une présidentielle anticipée. Mohamed Ennaceur avait été victime d’un malaise à la fin du mois de juin, ce qui avait soulevé des inquiétudes sur sa capacité à remplacer le président Essebsi en cas de vacance du pouvoir.

Elu président du premier Parlement tunisien postrévolutionnaire en décembre 2014, trois ans après la révolution qui mit fin à la dictature, Mohamed Ennaceur a commencé sa carrière sous le père de l’indépendance Habib Bourguiba, tout comme Béji Caïd Essebsi. Docteur en droit social formé à la Sorbonne à Paris, il sera ministre des Affaires sociales à deux reprises sous Bourguiba, dans les années 1970 et 1980. Après la prise de pouvoir de Zine El Abidine Ben Ali, qui renversa Bourguiba en 1987, Mohamed Ennaceur quitte le devant de la scène politique. Il devient néanmoins le représentant de la Tunisie auprès des institutions des Nations unies à Genève.