Tariq Ramadan entendu à Paris sur une nouvelle accusation de viol en Suisse

569
(FILES) In this file photo taken on February 13, 2020 Swiss leading Islamic scholar Tariq Ramadan arrives at the Palais de Justice (Law Court) of Paris. - Tariq Ramadan, a leading Islamic scholar charged in France with raping four women which he contests, was heard in a Paris court by the Geneva prosecutor on another accusation of rape with violence made by a woman in Switzerland on July 16, 2020. (Photo by Thomas SAMSON / AFP)

L’islamologue suisse Tariq Ramadan, inculpé en France pour quatre viols qu’il conteste, a été entendu jeudi au tribunal de Paris par le procureur de Genève sur une autre accusation de viol avec violences formulée par une femme en Suisse.

M. Ramadan, visé par un contrôle judiciaire qui l’empêche de quitter le territoire français, a été interrogé un peu plus de trois heures par le procureur de Genève, en présence d’un juge d’instruction français chargé des investigations sur les volets français de l’affaire.

Il est accusé depuis 2018 par une Suissesse de l’avoir violée et séquestrée à Genève en 2008.

« L’audition de M. Ramadan s’est très bien passée, il n’y a aucune mise en examen (inculpation, ndlr), bien évidemment l’enquête se poursuit », a affirmé à l’issue de l’audition l’un de ses avocats, Pascal Garbarini. « M. Ramadan a été très précis et a fait une déposition très circonstanciée qui je pense a eu un effet très positif », a-t-il développé.

 

Lire aussi. Tariq Ramadan inculpé en France pour le viol de deux autres femmes

 

« Maintenant il y aura une prochaine étape qui sera vraisemblablement la confrontation avec la plaignante », a précisé l’avocat. Celle-ci devrait se dérouler à la rentrée.

Depuis février 2018, l’intellectuel musulman est inculpé en France pour « viol » et « viol sur personne vulnérable », pour des faits dénoncés par deux plaignantes, Henda Ayari et « Christelle », respectivement en 2012 à Paris et en 2009 à Lyon.

Deux nouvelles inculpations, pour des soupçons de viols sur deux femmes, en 2015 et 2016, ont été prononcées le 14 février dernier.