Tanzanie: au moins 57 morts dans l’explosion d’un camion-citerne accidenté (police)

DR.

Au moins 57 personnes ont péri samedi matin dans l’explosion d’un camion-citerne accidenté près de la ville de Morogoro, à près de 200 km à l’ouest de Dar es Salaam, a annoncé le responsable de la police régionale. 

« Il y a eu une forte explosion qui a tué jusqu’à présent au moins 57 personnes. Il s’agit principalement de conducteurs de taxis-moto et de personnes des alentours qui étaient accourus pour récupérer du carburant » qui s’échappait de la citerne, a déclaré à la presse locale le chef régional de la police Willbrod Mtafungwa.

Les faits se sont déroulés vers 08H30 (0530 GMT) sur la commune de Msamvu (BIEN Msamvu), dans l’immédiate périphérie de Morogoro.

Peu après que le camion se soit renversé sur la chaussée, des conducteurs de « boda-boda » – des moto-taxis – ont afflué sur les lieux pour tenter de récupérer du carburant, tout comme des habitants de la commune. C’est alors que le carburant s’est embrasé, vraisemblablement à cause d’une cigarette.

« Les corps ont été évacués vers l’hôpital », a précisé le chef régional de la police.

En fin de matinée, la police a annoncé avoir réussi à éteindre l’incendie. Sur les lieux, on pouvait voir des épaves de taxis-moto calcinées, dispersées au milieu d’arbres marqués eux aussi, par l’explosion, selon des témoins interrogés au téléphone par l’AFP.

« La région de Morogoro n’avait jamais connu un sinistre d’une telle ampleur. Le camion-citerne s’est renversé au bord de la route ici à Msamvu. Le carburant a commencé à couler à flots », a réagi le gouverneur de Morogoro Stephen Kebwe, s’adressant à la presse sur place.

–  De sinistres précédents –

« Nous avons mobilisé tous les médecins de l’hôpital régional de Morogoro pour que les blessés puissent être assistés. Les patients qui s’y trouvaient déjà mais pas en état grave vont être transférés ailleurs » pour céder la place aux victimes de l’explosion, a-t-il ajouté, sans préciser le nombre de blessés.

Ce type de tragédie n’est pas rare sur le continent. Début juillet, dans le centre du Nigeria, au moins 45 personnes étaient mortes et plus de 100 blessées lors du pillage par la population d’un camion-citerne accidenté qui avait explosé.

La citerne avait pris feu lorsqu’un autocar chargé de passagers avait tenté de passer: son pot d’échappement, en raclant le sol, avait provoqué des étincelles qui avaient enflammé le carburant.

Début mai, c’est au Niger qu’une tragédie similaire a emporté près de 80 personnes. Le chauffeur du camion-citerne contenant 50.000 litres de carburant avait expliqué aux enquêteurs avoir rencontré des défaillances sur toutes les commandes de son engin, y compris sur les freins.

En essayant de l’arrêter, le camion s’était couché sur la chaussée, à quelques centaines de mètres à peine de l’aéroport international de Niamey. Là encore, des riverains avaient tenté de siphonner la citerne qui s’était embrasée.

Parmi les plus meurtrières de ces catastrophes figurent celle de Maridi à 300km à l’ouest de Juba au Soudan du Sud, qui avait fait au moins 203 victimes et celle de Sange dans l’est de la République démocratique du Congo où 292 personnes avaient perdu la vie.