Syrie: la défense antiaérienne activée face à un raid imputé à Israël

223
Crédit: AFP.

La défense antiaérienne a été activée en Syrie dans la nuit de jeudi à vendredi pour contrer une « agression aérienne » imputée à Israël dans les environs d’Alep, grande métropole du nord, a rapporté l’agence de presse officielle Sana.

Depuis le début en 2011 du conflit en Syrie, Israël a mené des centaines de raids contre les forces du régime mais aussi contre celles de ses alliés, l’Iran et le Hezbollah libanais.

« A 01H30 (22H30 GMT), l’ennemi sioniste a mené une agression aérienne, visant les environs de la ville d’Alep avec des salves de missiles », rapporte l’agence Sana qui cite une « source militaire ».

La source n’identifie pas la ou les positions prises pour cibles, mais affirme que les batteries de la défense antiaérienne ont été activées et ont « abattu la plupart » des missiles.

 

Lire aussi: Damas intercepte des missiles israéliens visant une base aérienne syrienne

 

Ces dernières semaines, plusieurs raids similaires souvent imputés à l’Etat hébreu ont visé des positions au sud de Damas, dans le centre syrien ou encore dans l’extrême Est près de la frontière avec l’Irak, faisant parfois des morts parmi les combattants pro-iraniens ou les soldats du régime, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

L’armée israélienne fournit rarement des informations sur ses opérations en Syrie, mais avait indiqué avoir frappé le 3 août, avec des avions de chasse, des hélicoptères d’attaque et d’autres avions de guerre, des cibles militaires dans le sud de la Syrie.

Après la mort d’un combattant du Hezbollah le 20 juillet dans un bombardement israélien, le chef de cette formation, Hassan Nasrallah, a prévenu que son organisation tuerait un soldat israélien pour chaque combattant tué par l’Etat hébreu.

Déclenché en 2011 avec la répression de manifestations pro-démocratie, le conflit en Syrie s’est complexifié au fil des ans avec l’intervention de plusieurs puissances étrangères. Il a fait plus de 380.000 morts.