Syrie: au moins 80 morts dans un bombardement de la coalition

27

Un nouveau raid aérien de la coalition internationale dans l’est de la Syrie a fait au moins 80 morts hier, dont 33 enfants, parmi les familles de combattants de l’État islamique. Le Pentagone a démenti viser volontairement des civils.

«Il s’agit du bilan le plus lourd d’un bombardement ayant touché des familles de djihadistes en Syrie», selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Au moins 80 personnes, dont 33 enfants, ont été tuées vendredi matin dans un nouveau raid aérien de la coalition dirigée par Washington. Cette frappe, opérée dans la ville de Mayadine, dans l’est de la Syrie, a principalement touché des familles de combattants de l’État islamique.

Ce bilan est rapporté au moment où le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme a exhorté ce vendredi «les forces aériennes de tous les États» intervenant en Syrie à mieux distinguer «les civils des cibles militaires», soulignant que les djihadistes sont mêlés à la population et les empêchent de fuir. Selon les sources médicales et civiles de l’OSDH, les familles touchées étaient réfugiées dans le bâtiment de la municipalité de cette commune proche de l’Irak.

Cette frappe s’est produite une semaine après l’annonce par l’administration américaine d’une «campagne d’annihilation» de l’État islamique en Irak et Syrie. Vendredi, le Pentagone a confirmé que la coalition avait mené ces raids et qu’elle en examinait actuellement les résultats. Pour autant, le département de la Défense américian a démenti viser volontairement des civils, affirmant prendre les précautions nécessaires pour éviter des pertes au sein de la population. Le Pentagone a également dénoncé l’utilisation de civils comme boucliers humains par les djihadistes.

La municipalité de Mayadine, visée par le bombardement, est aux mains de l’État islamique depuis 2014. Ces derniers mois, de nombreux déplacés y ont été accueillis, que ce soit en provenance d’Irak ou de Raqqa, où deux offensives sont menées par des forces locales appuyées par la coalition internationale.

Jeudi soir, la ville a déjà été visée par une frappe de la coalition, qui a provoqué la mort de 37 personnes. Parmi les victimes figuraient au moins 26 parents de djihadistes, mais aussi des Syriens et des Marocains, selon l’OSDH. D’après l’Observatoire, la coalition a mené entre le 23 avril et le 23 mai ses raids aériens les plus meurtriers pour les civils sur une période d’un mois en Syrie.