Soudan: la contestation accuse les militaires de vouloir retarder la transition

82

Les leaders de la contestation au Soudan ont accusé aujourd’hui les généraux de chercher à retarder la transition du pouvoir vers le civil, et menacé de lancer un mouvement national de «désobéissance».

«Les formes de l’escalade sont (déjà) définies: poursuivre les sit-in et préparer un mouvement de désobéissance civile», a déclaré à la presse l’un de ces leaders, Khaled Omar Youssef. Il a jugé «décevantes» les réponses des généraux aux propositions de son groupe et estimé qu’elles risquaient de plonger le pays dans une «situation dangereuse».

Le Conseil militaire de transition a pris le pouvoir après la destitution et l’arrestation le 11 avril par l’armée du président Omar el-Béchir sous la pression de la rue. Les chefs de la contestation tirent eux leurs forces des milliers de manifestants qui campent depuis le 6 avril devant le QG de l’armée à Khartoum et réclament désormais un transfert du pouvoir à une autorité civile. Aujourd’hui, ces leaders, dont des laïcs venant notamment du Parti communiste, ont dans un premier temps publié un communiqué comportant leur réponse aux réserves du Conseil militaire à leur vision de la période de transition.

Lire aussi: Crise au Soudan: trois questions au journaliste Talha Gibriel

«La réponse du Conseil militaire va dans le sens d’une prolongation des négociations et non vers une transition» rapide, a souligné l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), qui représente les manifestants. La veille, les généraux ont déclaré qu’ils étaient d’accord avec la plupart des propositions de l’ALC sur la transition, mais précisé qu’ils avaient «beaucoup de réserves» sur d’autres. Ils ont soulevé notamment la question de la charia (loi islamique), en estimant qu’elle devait rester la source de la législation, et en reprochant à l’ALC de ne pays l’avoir mentionnée dans leurs propositions.