Sommet Trump-Kim: un report possible

104

Le président américain Donald Trump a laissé entendre aujourd’hui que son sommet historique avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, prévu le 12 juin à Singapour, pourrait être reporté, tout en jugeant que ce dernier était « sérieux » dans sa volonté de dénucléariser son pays. « Je pense qu’il (Kim Jong Un) est sérieux », a dit M. Trump aux côtés du président sud-coréen Moon Jae-in, en visite à Washington pour discuter du sommet Trump-Kim sur lequel flotte depuis plusieurs jours un parfum d’incertitude.
Mais « il est possible que ça ne marche pas pour le 12 juin », a ajouté le président américain. « Si la rencontre n’a pas lieu, elle aura peut-être lieu plus tard », a-t-il dit en évoquant « certaines conditions » pour la tenue du sommet, sans autre détail. Donald Trump a dit avoir noté une différence de ton de la part de la Corée du Nord après une deuxième réunion au sommet entre Kim Jong Un et le président chinois et principal allié de Pyongyang Xi Jinping. « Il y avait une attitude différente après cette rencontre et j’ai été un peu surpris », a dit le président américain, en s’interrogeant sur le rôle de son homologue chinois.
A trois semaines du rendez-vous historique de Singapour, le locataire de la Maison Blanche compte sur Moon Jae-in pour l’aider à décrypter les intentions exactes de l’homme fort de Pyongyang. Au coeur des débats, la question de la dénucléarisation, que Washington veut « complète, vérifiable et irréversible » et sur laquelle le Nord n’a pas véritablement dévoilé son jeu.
Le climat est loin de la forme d’euphorie qui a flotté dans les semaines suivant l’annonce, le 8 mars, d’un accord de principe pour un face-à-face, longtemps inimaginable, entre le président des Etats-Unis et l’héritier de la dynastie des Kim, qui règne sur la Corée du Nord depuis plus d’un demi-siècle. Prenant nombre d’observateurs – et semble-t-il M. Trump lui-même – par surprise, le régime est brutalement revenu la semaine dernière à sa rhétorique belliqueuse traditionnelle.