SNCF: des Chibanis marocains portent plainte contre leur avocate pour escroquerie

1051

Après la condamnation de la SNCF à verser plus de 150 millions d’euros à 848 ex-cheminots, leur avocate a versé l’argent sur son compte professionnel et exige des indemnités faramineuses des Chibanis.  
Selon le site Mediapart, un collectif composé de 30 retraités marocains a déposé le 7 mai une  plainte pour abus de confiance contre leur avocate Clélie de Lesquen-Jonas.
Le 31 janvier 2018, la cour d’appel de Paris avait condamné la SNCF à verser plus de 150 millions d’euros de dommages et intérêts à 848 ex-cheminots, dont une majorité de Marocains. Or, l’avocate ayant reçu les indemnités qui leur sont dues sur son compte professionnel, aurait refusé « d’adresser à ses clients les fonds leur revenant », conditionnant leur versement « à la signature d’une convention comportant un honoraire de résultat de 5% ».
Une manœuvre qui permettra à l’avocate d’empocher 7 millions à titre d’honoraires, alors que les plaignants devront se contenter de sommes allant de 17.000 à 287.000 euros. «Au début du mois de mai, on a tous reçu en recommandé une note d’honoraires de 21.000 euros de cette dame. Elle dit avoir travaillé 50 heures sur le dossier, pour chacun d’entre nous. Si on multiplie par 848 cheminots, alors elle a dû travailler pendant 5 ans, 7 jours sur 7, et 24 heures sur 24 !», a déclaré un des plaignants à Mediapart.
Selon la plainte des Chibanis, l’avocate avait déjà « facturé forfaitairement son intervention », à hauteur de 6.000 euros devant le conseil de prud’hommes et de 30.000 euros devant la cour d’appel. Des sommes qui auraient été déjà acquittées.
De son côté, l’avocate a déclaré qu’elle lancerait « probablement une action en diffamation.«Oui, je deviens riche, je ne peux pas dire le contraire. Mais c’est de l’argent gagné à la sueur de mon front, répond l’avocate. C’était une prise de risque. J’ai sacrifié 4 ans et demi de ma vie et si j’avais perdu en appel, j’aurais perdu 4 ans et demi de ma vie. D’ailleurs, je ne l’avais pas fait pour l’argent au départ. Franchement, je ne pensais pas qu’on gagnerait autant”, s’est-elle insurgé, avant d’ajouter : “J’aurais pu obtenir plus en demandant 10 ou 15% d’honoraires de résultat, ce sont des taux habituels en droit du travail.»