Sans les touristes chinois, baisse de 80% des visas accordés par la France

240

2020 est une année où « tout a été déstabilisé par la Covid-19 ». Cela s’est également fait sentir sur le secteur touristique français. Le ministère de l’Intérieur a ainsi publié des statistiques qui mettent en évidence un effondrement de 80% du nombre de visas délivrés: 712.311 contre 3,53 millions en 2019.

Ce recul, poussé par l’effondrement des visas touristiques, s’explique essentiellement par la chute du nombre des visiteurs chinois. Ils étaient de loin les premiers détenteurs de visas pour la France en 2019 avec 757.500 documents, et sont passés en quatrième position avec seulement 71.451 visas délivrés en 2020.

Par ailleurs, le nombre de demandes d’asile a également chuté de 41% en France l’an dernier sous l’effet de la crise sanitaire, marquant une rupture nette après des années de hausse depuis la crise migratoire de 2015, selon les statistiques de l’immigration publiées jeudi.

« Une telle baisse s’explique par la crise sanitaire de la Covid-19 et plus précisément par l’impact des confinements sur l’activité des GUDA (Guichets uniques pour demandeurs d’asile) et sur la circulation des étrangers », a commenté le ministère de l’Intérieur en publiant ces chiffres provisoires.

En 2020, 81.669 premières demandes d’asile ont été formulées dans ces guichets contre 138.420 (-41%) en 2019, tandis que 115.888 demandes toutes situations confondues (réexamens, procédures Dublin etc.) ont été prises en compte l’an dernier contre 177.822 l’année précédente.

« C’est une rupture forte », convient auprès de l’AFP Julien Boucher, directeur général de l’Ofpra, organe chargé d’instruire les demandes de statut de réfugié, attribué dans environ 24% des cas (37% après procédure d’appel).

« L’ampleur de la baisse de la demande d’asile est un changement important, d’autant que nous étions sur une tendance de hausse marquée ces dernières années, et que le début de l’année 2020 suivait cette tendance », a-t-il souligné.

Cette baisse en France s’inscrit dans une tendance européenne, après plusieurs mois de fermeture des frontières extérieures de l’Union européenne: en Allemagne, le nombre de demandes d’asile a également chuté de 30%.

La pandémie a eu des « conséquences importantes à la fois sur les flux (migratoires) entrant et sortant », a également commenté le ministère de l’Intérieur, constatant une baisse de moitié des expulsions des personnes en situation irrégulière (-51,8% d’éloignements « forcés »), un dossier sur lequel « l’accent est mis résolument » par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, insiste-t-on dans son entourage.