Le plan tordu de Trump pour le conflit israélo-palestinien

1838

Donald Trump a présenté mardi une « solution réaliste à deux Etats » pour résoudre le conflit israélo-palestinien, qui conditionnerait toutefois la naissance d’un Etat palestinien au « rejet clair du terrorisme » et ferait de Jérusalem la « capitale indivisible d’Israël ».

« Ma vision présente une occasion gagnant-gagnant pour les deux parties, une solution réaliste à deux Etats qui résoud le risque que représente un Etat palestinien pour la sécurité d’Israël », a-t-il dit lors d’une déclaration à la Maison Blanche.

Le « futur Etat palestinien » ne verrait le jour que sous plusieurs « conditions », dont « le rejet clair du terrorisme ». Il pourrait avoir « une capitale palestinienne à Jérusalem-Est », a assuré le président des Etats-Unis. Les Etats-Unis sont en outre prêts à « reconnaître la souveraineté israélienne sur des territoires » occupés, dont il n’a pas précisé l’ampleur.

Washington va reconnaître les colonies dans les territoires palestiniens occupés comme faisant partie d’Israël, s’est félicité mardi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, en affirmant que la présentation du plan Trump pour le Proche-Orient marquait « une journée historique ». Ce projet présenté comme susceptible d’amener la paix dans la région octroierait à Israël la souveraineté sur la vallée du Jourdain, a ajouté  Netanyahu.

Sous le nouveau plan proposé par Donald Trump pour le Proche-Orient, les réfugiés palestiniens n’auront pas droit au retour en Israël, a annoncé mardi lors d’une conférence de presse à Washington le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Ce dernier s’est dit prêt à négocier avec les Palestiniens pour leur accorder « un chemin vers un futur Etat », mais a posé comme condition qu’ils reconnaissent Israël comme un « Etat juif ».