RDC: 4 morts dans les manifestations contre les résultats de la présidentielle

à 18:00

Quatre personnes (2 policiers et 2 civils) ont trouvé la mort et d'autres ont été blessées, jeudi, à Kikwit, dans la province du Kwilu, située à l’ouest de la République démocratique du Congo (RDC) lors d’une manifestation contre les résultats des présidentielles proclamant Félix Tshisekedi vainqueur du scrutin.

"Dans l'opération de rétablissement de l'ordre public de ce jeudi à Kikwit, deux policiers et deux civils ont été tués. Nous avons enregistré aussi dix blessés", a déclaré le général Dieudonné Mutepeke, chef de la police de Kikwit. D’après la radio onusienne Okapi, un jeune a été tué au niveau de l’église Chapelle des vainqueurs et un autre a trouvé la mort au quartier Kikwit III, tandis que plusieurs blessés par balles ont été enregistrés.

Lire aussi : RDC: l'opposant Tshisekedi proclamé vainqueur, contestations immédiates

Le bâtiment abritant le tribunal de paix a été incendié par des jeunes gens en colère. Trois bureaux de commissariat de la police et le siège du Parti lumumbiste unifié (PALU) ont été saccagés, tandis que quatre bus de transport en commun ont aussi été incendiés.
Les habitants de Kikwit, l’une des bases électorales de Martin Fayulu, l’opposant arrivé deuxième et contestant les résultats, affirment que les résultats publiés par la CENI ne reflètent pas la vérité des urnes.

Selon les résultats provisoires publiés, dans la nuit de mercredi à jeudi, Tshisekedi a obtenu 7.051.013 suffrages valablement exprimés, soit 38,57%, suivi de l’opposant Fayulu avec 34,8% tandis que le candidat du pouvoir Emmanuel Ramazani Shadary est arrivé en troisième position avec 23,8%. Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a souligné avoir pris note de l’annonce faite par la Commission électorale, appelant "toutes les parties prenantes à s’abstenir d’actes violents et à régler tout contentieux électoral par les mécanismes institutionnels établis conformément à la Constitution de la République démocratique du Congo et aux lois électorales pertinentes".