Propos controversés de Netanyahu: le Premier ministre polonais annule une visite en Israël

14

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a annulé une visite en Israël pour le sommet des pays du groupe de Visegrad, après des propos attribués par des médias israéliens à Benjamin Netanyahu sur le rôle des Polonais dans la Shoah.

Le Premier ministre a informé son homologue israélien par téléphone que la Pologne « serait représentée à ce sommet par le ministre des Affaires étrangères Jacek Czaputowicz », a déclaré dimanche à l’AFP la porte-parole du gouvernement, Joanna Kopcinska.

Le groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, République Tchèque et Slovaquie) tient un sommet avec Israël à Jérusalem lundi et mardi.

La porte-parole a précisé que l’entretien avait eu lieu à la demande du chef du gouvernement israélien.

« M. Morawiecki a souligné dans son entretien que les questions de la vérité historique et du sacrifice que la Pologne a payé durant la Seconde guerre mondiale avaient pour la Pologne une valeur fondamentale », a-t-elle ajouté.

« Ces derniers jours, il y a eu des propos dans les médias accusant faussement l’Etat polonais », a déclaré Michal Dworczyk, le chef de cabinet du chef du gouvernement, « d’où la décision du Premier ministre ».

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a assuré vendredi que la presse de son pays avait déformé des propos qu’elle lui attribuait sur le rôle des Polonais dans la Shoah et qui ont suscité l’émoi à Varsovie.

Au cours de discussions avec les journalistes israéliens qui l’accompagnaient à Varsovie mercredi et jeudi, M. Netanyahu « a parlé de Polonais, et non pas du peuple polonais ou de la Pologne », ont dit ses services dans un communiqué.

Ces paroles « ont été mal citées et présentées sous un faux jour, et le journaliste qui, le premier, a publié ces informations fausses les a depuis corrigées », ont-ils indiqué.

La presse israélienne a rapporté différemment les mots prononcés par M. Netanyahu en marge de la conférence internationale sur le Moyen-Orient, et les services gouvernementaux israéliens n’ont pas précisé à quelle version ils faisaient référence.