H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Il est accusé d’avoir projeté des attentats contre des mosquées en France ou des personnalités politiques avec son groupuscule d’ultradroite: la justice a requis mardi soir la peine maximale de dix ans de prison ferme contre le chef de la cellule « nouvelle OAS ».

    Ce groupuscule, Organisation des armées sociales (OAS), fondé à l’automne 2016 et démantelé en octobre 2017, voulait « recréer » l’Organisation armée secrète, groupe politico-militaire responsable d’une campagne sanglante contre l’indépendance de l’Algérie dans les années 1960.

    Son but était de « lutter contre l’immigration et l’islamisme », a résumé à la barre son chef, Logan Nisin, qui s’était attribué le rôle de « régent ».

    Logan Nisin n’est pas seulement « un régent » mais un « monarque absolu dans son royaume de haine », a affirmé la procureure devant le tribunal correctionnel de Paris. « Sa haine est totale, illimitée, sa détermination est sans faille. Il crée, coordonne, pilote, planifie, pousse les autres à l’action, motive les troupes. »

    Dans le box des prévenus, le jeune homme aujourd’hui âgé de 25 ans, sagement coiffé, l’écoute en gardant son visage dans les mains, clignant des yeux plusieurs fois, pris de tics.

    Au cours des débats, Logan Nisin s’était défendu avec calme: son groupuscule nourrissait bien une idéologie d’extrême droite haineuse, était bien doté d’un fonctionnement structuré, mais ne serait jamais passé à l’acte.

    Cinq autres jeunes hommes, tous accusés d’être des anciens membres de l’OAS, comparaissent à ses côtés pour « association de malfaiteurs terroriste ». A leur encontre, la procureure a requis des peines allant de cinq ans de prison, partiellement assortis d’un sursis, à huit ans de prison ferme.

    Depuis 2017, six enquêtes liées à des projets d’attentats d’ultradroite, dont celle visant l’OAS, ont été ouvertes par le parquet antiterroriste en France.

    A la barre, les prévenus ont tous assuré que leurs intentions présumées n’étaient que des mots. « Des propos dégueulasses » mais « rien de concret », a décrit l’ancien numéro 2 du groupuscule.

    « On était dans le monde des bisounours, des gamins », a même lâché lors de son interrogatoire un autre membre présumé.

    Share.

    Comments are closed.