Procédure d’impeachment: Trump contre-attaque

Crédit: AFP.

Donald Trump a accusé mardi la chef des démocrates au Congrès, Nancy Pelosi, de « miner la démocratie » dans un courrier au vitriol publié à l’approche de son probable renvoi en procès en destitution. 

« En poursuivant cette mise en accusation infondée », « vous déclarez une guerre ouverte contre la démocratie américaine », écrit le président américain dans un courrier officiel de six pages adressé à Pelosi. « L’histoire vous jugera sévèrement », lui prédit-il.

La Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, doit voter ce mercredi, sur deux chefs d’accusation retenus en commission contre Donald Trump: « abus de pouvoir » et « entrave à la bonne marche du Congrès ».

Le premier chef est « complètement fourbe, sans valeur et un produit de votre imagination », poursuit le locataire de la Maison Blanche, qui est accusé d’avoir gelé une aide militaire destinée à Kiev afin de forcer le président ukrainien à annoncer une enquête sur Joe Biden, un de ses potentiels rivaux à la présidentielle de 2020.

 

Lire aussi : Donald Trump se grime en Rocky Balboa sur Twitter

 

Reprenant les grandes lignes de sa défense, Donald Trump assure à nouveau que son échange avec le président Volodymyr Zelensky — l’appel téléphonique estival qui est au cœur de la procédure — était « totalement innocent » et qu’il n’a exercé « aucune pression » sur Kiev.

Quant au deuxième chef d’accusation, il est, selon lui « absurde et dangereux ».

« Vous êtes incapable d’accepter le verdict des urnes lors de la grande élection de 2016 », accuse encore le milliardaire new-yorkais, en se présentant comme la victime d' »investigations bidon », « de croisades vicieuses » depuis trois ans.

En référence à un épisode sombre survenu aux Etats-Unis au 17e siècle, il estime avoir été moins bien traité dans la procédure en destitution « que les accusées dans les procès des sorcières de Salem ».

 

Lire aussi : Pourquoi Donald Trump envisagerait d’acheter le Groenland au Danemark

 

Pour lui, le vote à la Chambre n’est « rien de plus qu’une tentative de coup d’Etat illégale et partisane ». Il peut toutefois compter sur la majorité républicaine au Sénat, qui sera chargé de le juger, pour échapper à la destitution.

Sur Twitter ce matin, le président américain s’est félicité des « bons retours et commentaires » reçus au sujet de sa lettre adressée à Pelosi. « C’est la pire! », a-t-il énoncé, incluant dans son propos le sénateur démocrate Chuck Schumer. Avec ces personnes, « D.C. a été un beau gâchis depuis si longtemps ». Et d’ajouter: « Et cela inclut l’administration précédente qui (et maintenant nous le savons avec certitude) a espionné ma campagne ».