La presse algérienne mitigée face aux propos de Messahel contre le Maroc

20674
Une création du caricaturiste du quotidien El Watan, HIC.

La sortie de Abdelkader Messahel, ministre des Affaires étrangères algérien contre le Maroc n’a pas laissé indifférente la presse du voisin de l’est. Alors que certains journaux et supports médiatiques algériens ont soit critiqué ou gardé une distance avec les propos de Messahel, d’autres ont mis en avant la ligne de défense de la diplomatie algérienne face aux réactions du Maroc.

« Messahel a attaqué le Maroc sous la pression des hommes d’affaires » titre alg24 le 21 octobre citant le porte-parole du MAE Abdelaziz Benali Cherif. Selon la même source, le ministre Messahel « n’avait pas prévu de parler du Maroc lorsqu’il a été invité par le Forum des chefs d’entreprise”. Messahel aurait ainsi “commenté” ce qu’il avait considéré comme un “manque d’informations de la part de certains hommes d’affaires qui pensent que le Maroc avait réalisé des réussites économiques au niveau continental », justifie le responsable.

Lexpressiondz.com, site d’information pro-régime, cite une source diplomatique algérienne et titre « une tempête dans un verre d’eau ». Le support parle d’une ambiance « calme et séraine » qui régnerait au ministère des Affaires étrangères et qualifie la réaction de la diplomatie de Rabat « d’escalade marocaine voulant créer un incident diplomatique de toute pièce ».

« Cette réaction dénote de la panique et de la frilosité marocaine à chaque fois qu’il s’agit de l’Algérie», relèvent les mêmes sources au site soulignant que les propos du ministre des Affaires étrangères « ne sont qu’une infime partie de la vérité sur le dossier de la drogue et du blanchiment d’argent ».

« Propos criminels » et « confidences étonnantes » 

« Propos criminels de Messahel: le clan Bouteflika veut-il la guerre ? », s’interroge le site d’information lematindz dans un article publié ce 22 octobre. « Je ne sais ce qui est le plus impardonnable chez Abdelkader Messahel, son indigence intellectuelle ou le frappant cynisme avec lequel il prépare l’opinion à la guerre contre le Maroc. » Écrit le support, qui poursuit: « en accusant froidement le Maroc de recycler l’argent du haschisch via ses banques dans le continent, Messahel a agi en parfait écuyer du clan de palefreniers qui fait office de pouvoir en Algérie et que ne répugnerait pas l’idée d’un conflit armé avec le voisin marocain ».

Le quotidien El Watan a qualifié les propos de Messahel de « confidences étonnantes » considérant que le MAE algérien « s’est laissé aller » dans ses déclarations. « Un autre incident diplomatique — classique — à ajouter aux annales bien «garnies» des relations des deux pays (…) le ministre des Affaires étrangères s’en est violemment pris au Maroc » écrit le quotidien le plus lu en Algérie.

« C’est l’escalade assurée ou les choses vont-ils en rester là ? » se demande le quotidien avant d’analyser, « si les relations entre Alger et Rabat sont durablement installées dans une stratégie de tension, cet épisode risque de franchir un nouveau cap dans «la guerre froide» entre les deux gouvernements ». El Watan estime que « la diplomatie algérienne n’entend pas réagir à la déclaration marocaine, probablement pour ne pas envenimer les choses et éviter le point de non-retour ».

Si le journal n’affirme pas explicitement sa position par rapport à la sortie de Messahel, des confrères algériens n’ont pas hésité a exprimé leur point de vue sur les réseaux sociaux, c’est le cas de Hacen Ouali journaliste au quotidien El Watan.