Présidentielle russe: l'UE déplore des "violations"

Crédit: DR

L’Union européenne a critiqué lundi les violations signalées par les observateurs de l’OSCE pendant l’élection présidentielle russe, notamment le manque de concurrence et les pressions sur les opposants, et a demandé d’y remédier.
« L’élection s’est déroulée dans un environnement juridique et politique trop contrôlé, marqué par une pression continue sur les voix critiques (…) Nous attendons de la Russie qu’elle s’attaque aux violations et aux lacunes signalées par la mission de l’OSCE », indique la déclaration de l’UE.
« La mission d’observation de l’OSCE a enregistré des restrictions aux libertés de réunion, d’association et d’expression, ainsi qu’à l’enregistrement des candidats, ce qui a limité la marge de manœuvre pour l’engagement politique et qui s’est traduit par un manque de concurrence réelle », ajoute la déclaration.
« Comme l’ont également noté les observateurs, l’énorme couverture non critique du président sortant par les médias a entraîné une inégalité des règles du jeu », poursuit la déclaration.
« Les efforts visant à accroître le taux de participation ont prédominé par rapport à la campagne des candidats, et un certain nombre de militants qui mettaient en doute la légitimité des élections ont été arrêtés », déplore l’UE, tout en notant que ces élections ont été « administrées efficacement » par la Commission électorale.
L’Union européenne a par ailleurs condamné la tenue des élections en Crimée, dont elle « ne reconnaît pas l’annexion », jugée « illégale » et souligne que la mission de l’OSCE n’a mené aucune activité dans ces territoires.
« Nous attendons de la Russie qu’elle s’attaque aux violations et aux lacunes signalées par la Mission de l’OSCE, car elles vont à l’encontre des engagements pris par la Russie dans le cadre de l’OSCE et d’autres obligations internationales », a conclu l’UE.