Portugal: démission collective de médecins face à la dégradation de leur hôpital

2041
DR.

Le directeur et les chefs de service de l’hôpital de Vila Nova de Gaia, dans le nord du Portugal, soit au total 52 médecins, ont démissionné en bloc mercredi afin de protester contre la dégradation de leurs conditions de travail et de leur établissement.
« Notre grande angoisse est de travailler dans un hôpital qui tombe en ruines », a déclaré José Moreira da Silva, médecin-chef de cet hôpital, lors d’une conférence de presse télévisée au cours de laquelle il était entouré de plusieurs autres médecins de l’établissement.
« Nous ne sommes pas en mesure d’offrir les meilleurs soins à nos patients », a-t-il déploré, après avoir cité l’exemple du service d’urologie qui ne possède « qu’une seule salle de bains pour 16 lits ».
La direction de l’hôpital n’a pas encore réagi à la lettre de démission remise mercredi.
Financement inadapté, manque de personnel, espace insuffisant, dégradation des locaux: la liste égrenée par les protestataires est longue.
Lire aussi: Découverte de 481 pièces de monnaie romaine dans le nord du Portugal
« Plusieurs travaux ont déjà été prévus mais ils sont reportés ou insuffisants », a déclaré le professeur Jorge Marciel, qui décrit un hôpital sans les conditions nécessaires pour accueillir les malades, avec notamment des services où l’on peut trouver des « trous dans le sol ou de l’humidité sur les murs ».
En mars déjà, le bâtonnier de l’Ordre des médecins, Miguel Guimaraes, avait qualifié les conditions de travail de ces médecins de « chaotiques », à l’issue d’une visite des locaux.
« Il faut prioritairement améliorer les infrastructures et doter l’hôpital de ressources humaines nécessaires », avait-il plaidé.
Le ministère de la Santé avait alors assuré que des travaux allaient être entrepris, tandis que le président du conseil d’administration de l’hôpital, Antonio Dias Alves, s’était engagé à « dialoguer avec les professionnels ».
Le mois dernier, plusieurs autres médecins de différents établissements portugais avaient déjà menacé de démissionner afin d’alerter sur la dégradation des hôpitaux dans lesquels ils exercent.