Plus de 5.400 produits américains surtaxés par la Chine

à 13:45
L‘escalade entre les deux premières puissances économiques du monde se poursuit. Photo montage Shutterstock

Pékin a publié la liste de produits américains qui sont concernés par l’augmentation des droits de douane depuis le 1er juin à 25% maximum. La Chine ne laisse entrevoir aucune porte de sortie à court terme.

Pékin riposte. Après l’échec de pourparlers à Washington début mai, Donald Trump avait ordonné de surtaxer à hauteur de 25% une large palette de biens chinois, équivalant à 200 milliards de dollars d’importations annuelles.

Pékin a répliqué en annonçant une augmentation des droits de douane depuis le 1er juin, à 10%, 20% voire 25% sur un ensemble de marchandises américaines déjà taxées, représentant 60 milliards de dollars d’importations annuelles.

 

Lire aussi : Négociations commerciales: Trump menace Pékin

 

L’escalade du conflit entre la première et la deuxième puissance économique mondiale s’est poursuivie ce dimanche. Dans un document de 21 pages qui résume ses positions, la Chine avertit qu’«elle ne transigera pas sur ses principes fondamentaux», rejetant l’échec des discussions sur Washington.

«La guerre commerciale ne rend pas sa grandeur à l’Amérique», a déclaré le vice-ministre de l’Information Guo Weimin, en écho au slogan de campagne de Donald Trump («Make America great again»). Une salve qui intervient au lendemain de la déclaration choc du vice-ministre chinois des Affaires étrangères qui n’avait pas hésité à accuser les États-Unis de «terrorisme économique».

 

Lire aussi : Donald Trump assure ne pas chercher de changement de régime en Iran

 

L’affrontement commercial se double d’un conflit technologique. Vendredi, Pékin a dégainé une nouvelle arme en annonçant la création de sa propre liste noire d’entreprises étrangères considérées comme «non fiables».

Les autorités chinoises vont ainsi enquêter sur le groupe de livraison américain FedEx, l’accusant notamment d’avoir mal acheminé certains colis d’Huawei. Une réponse ferme à la décision américaine, courant mai, de placer le géant chinois des télécoms sur une liste d’entreprises suspectes, auxquelles les entités américaines ne peuvent vendre d’équipements technologiques.