Philippines: 19 civils tués dans des combats entre armée et djihadistes

37

Dix-neuf civils ont été tués par les islamistes inspirés par le groupe terroriste Etat islamique (EI) qui combattent les forces de sécurité dans le sud des Philippines, portant à au moins 85 morts le bilan des affrontements en près d’une semaine, a annoncé dimanche l’armée.

Ces violences ont amené le président philippin Rodrigo Duterte à décréter mardi la loi martiale à Mindanao, deuxième plus grande île de l’archipel.

Les autorités ont annoncé que les activistes islamistes avaient tué 19 civils à Marawi, ville à majorité musulmane de 200.000 habitants dans le nord-ouest de Mindanao. Parmi eux, trois femmes et un enfant retrouvés morts dans une université.

« Ce sont des civils, des femmes. Ces terroristes sont contre le peuple. Nous avons découvert les corps en menant une opération de recherches » samedi, a déclaré à la presse le colonel Jo-ar Herrera, porte-parole régional de l’armée. Le président a placé mardi soir sous la loi martiale l’ensemble de la région de Mindanao, qui comprend l’île principale du même nom et un ensemble de petites îles voisines.

La région, qui représente environ un tiers du pays, est peuplée par 20 millions d’habitants.

La Constitution philippine ne prévoit l’instauration de la loi martiale que pour une durée de 60 jours en cas de rébellion ou d’invasion. Toutefois, M. Duterte a régulièrement déclaré qu’il était prêt à ignorer la Constitution s’il jugeait nécessaire d’instaurer la loi martiale.

Avec MAP