Pérou: l’étau se resserre autour de l’«ambassadrice» du Polisario

2335
Khadijetou El Mokhtar. Crédit: DR

Pour les autorités péruviennes, Khadijetou El Mokhtar est une « usurpatrice d’identité diplomatique » qui « n’a pas été invitée par le ministère des Affaires étrangères du Pérou ».

Le ministre péruvien de l’Intérieur, Carlos Basombrío, a affirmé que la séparatiste du Polisario Khadijetou El Mokhtar, qui se trouve à l’aéroport international de Lima depuis le 9 septembre suite à l’inclusion de son nom sur la liste des personnes interdites d’entrée sur le territoire péruvien, « n’est pas reconnue et n’a pas été invitée par le ministère des Affaires étrangères du Pérou ».

Citant un tweet du ministre de l’Intérieur, l’agence de presse officielle péruvienne « Andina » a indiqué qu’El Mokhtar, qui prétend être une représentante de l’entité fantoche, « n’est pas reconnue et n’a pas été invitée par le ministère des Affaires étrangères du Pérou ». Et le ministre péruvien de l’Intérieur d’ajouter, dans son tweet, que la séparatiste polisarienne « refuse d’être évacuée ou d’entrer dans le territoire péruvien en tant que touriste ».

Cette mise au point du ministre Carlos Basombrío intervient suite à la publication, samedi, par les services péruviens de l’immigration relevant du ministère de l’Intérieur, d’un communiqué sur leur site web, mettant à nu les allégations fallacieuses de la séparatiste du Polisario concernant son arrestation, soulignant que cette citoyenne espagnole ne dispose pas de visa diplomatique délivré par les autorités péruviennes et n’a obtenu aucun avantage ou immunité en tant que représentante du Polisario à Lima, contrairement à ses allégations fallacieuses.

Les services péruviens de l’immigration ont affirmé, vendredi, que la séparatiste a choisi de rester de manière volontaire et illégale dans l’un des bureaux des services d’immigration à l’Aéroport de Lima et a rejeté une proposition d’évacuation par voie aérienne et de manière gratuite et a, par la suite, rejeté la possibilité d’entrer dans le pays avec l’engagement express de mener uniquement des activités touristiques.

Et de rappeler que Khadijatou El Mokhtar, « lors de son séjour au Pérou du 10 juin au 18 juillet derniers en tant que touriste s’est adonnée à plusieurs activités à caractère politique et a usurpé le statut d’ambassadrice de « la république sahraouie fantoche », avec laquelle le Pérou a suspendu ses relations diplomatiques, et a perpétré des actes en violation des conditions figurant dans la loi et la réglementation migratoires.

En vertu de l’article 154 du Règlement de la loi sur les migrations, indique le document, la Direction des services de migration a publié une ordonnance concernant cette citoyenne étrangère pour violation de l’ordre public national, étant donné que cette dernière a surpris les autorités de l’immigration en se présentant en tant que touriste espagnole, alors qu’en réalité elle avait l’intention de mener des activités politiques publiques.

Le ministère des Affaires étrangères du Pérou avait également mis à nu les allégations fallacieuses d’El Mokhtar, usurpatrice du statut d’ambassadrice et qui n’est autre qu’une touriste étrangère en situation irrégulière en raison de sa violation des lois migratoires de ce pays sud-américain.