Passeports d'Alexandre Benalla: le parquet de Paris ouvre une enquête

22
Credits: DR

Une enquête préliminaire a été ouverte ce matin par le parquet de Paris, selon un communiqué du procureur Rémy Heitz.
Trois chefs d’accusation ont été retenus: «abus de confiance», «usage sans droit d’un document justificatif d’une qualité professionnelle» et «exercice d’une activité dans des conditions de nature à créer dans l’esprit du public une confusion avec l’exercice d’une fonction publique ou d’une activité réservée aux officiers publics ou ministériels».
Le procureur de la République avait été saisi vendredi par le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, après que Médiapart a révélé l’utilisation récente d’un passeport diplomatique par l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron, licencié cet été. Lors de son audition sous serment devant la commission d’enquête du Sénat en septembre, Alexandre Benalla avait assuré avoir laissé les deux passeports dans son ancien bureau à l’Elysée.L’entourage de l’ancien collaborateur du président a affirmé que ces passeports lui avaient été restitués « début octobre ».
 
Lire aussi: Benalla hausse le ton contre l'Elysée après son voyage au Tchad
 
Le Quai d’Orsay a précisé cette semaine avoir demandé par deux fois à l’ex-chargé de mission de la présidence, le 26 juillet et le 10 septembre via lettre recommandée, la restitution de ses passeports, respectivement émis les 20 septembre 2017 et 24 mai 2018»
 
Lire aussi: France: Alexandre Benalla reconnaît avoir "commis une faute"
 
Depuis, La Lettre du continent, qui traite de l’actualité en Afrique de l’Ouest, et Le Monde ont révélé qu’Alexandre Benalla s’était reconverti « dans les affaires africaines » et qu’il avait notamment été reçu par le président tchadien Idriss Deby début décembre, quelques semaines avant la visite officielle d’Emmanuel Macron à N’Djamena, les 22 et 23 décembre. La présidence de la République souligne qu’Alexandre Benalla, 27 ans, n’est en rien « un émissaire officiel ou officieux » du chef de l’Etat et a adressé le 22 décembre, de la main du directeur de cabinet Patrick Strzoda, une lettre sommant l’intéressé – qui dénonce des propos « diffamatoires » – de clarifier ses activités, particulièrement lorsqu’il était encore en fonctions à l’Elysée.