Paris : un policier en garde à vue après avoir été filmé frappant un détenu

751

Dans l’enceinte du nouveau tribunal de Paris, un policier a été filmé par les caméras de vidéosurveillance en train de frapper un détenu qui était jugé en comparution immédiate et qui refusait de regagner sa cellule. Après la diffusion de la séquence sur le site Là-bas.org, deux enquêtes ont été ouvertes et le fonctionnaire mis en cause a été suspendu et placé en garde à vue.
Une enquête a été ouverte ce jeudi pour «faux» et «violences par personne dépositaire de l’autorité publique», après la diffusion d’une vidéo montrant un policier frappant un détenu dans l’enceinte du nouveau tribunal de Paris, a indiqué le parquet de Paris.
Le fonctionnaire a été suspendu dans la soirée par le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, qui a condamné un «comportement violent et inadmissible». Ce gardien de la paix stagiaire a également été placé en garde à vue.


Cette vidéo, tirée des images de vidéosurveillance et révélée par le site Là-bas.org, montre d’abord un homme qui semble refuser de retourner dans sa cellule. Un membre des forces de l’ordre l’immobilise ensuite au sol avant de le menotter. Puis le policier raccompagne violemment le détenu jusque dans sa cellule, avant de lui asséner des coups de pied alors qu’il est au sol et menotté, sous le regard de deux de ses collègues arrivés en renfort. Selon une source proche du dossier, le détenu est un individu qui allait être jugé en comparution immédiate pour vol, et non un migrant comme l’indiquait le site internet.

Les investigations ont été confiées à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), la «police des polices», ont précisé le parquet de Paris et la Préfecture de police. En outre, une enquête distincte pour «introduction frauduleuse dans un système automatisé de données» a également été ouverte et confiée elle aussi à l’IGPN, a indiqué le parquet de Paris. Cette seconde enquête concerne le fait d’avoir extrait des images du système de vidéosurveillance et de les avoir diffusées, a précisé une source proche du dossier.
14 personnes tuées en intervention
Dans un exercice de transparence jusqu’ici inédit, l’IGPN avait publié fin juin des chiffres provisoires sur les personnes tuées ou blessées lors d’interventions policières au cours des douze mois écoulés. Selon ces données, ces interventions ont tué 14 personnes et en ont blessé une centaine d’autres, depuis juillet 2017.
Officiellement ouvert au public depuis le 16 avril, le nouveau tribunal de grande instance de Paris s’est installé dans le quartier des Batignolles (XVIIe arrondissement), dans une tour dessinée par l’architecte Renzo Piano qui culmine à 160 mètres, après avoir déménagé des murs historiques qu’il occupait sur l’île de la Cité depuis plusieurs siècles.