Les ouragans dopent les ventes de voitures aux États-Unis

190

Les ventes de voitures ont beaucoup progressé aux États-Unis en septembre en raison du remplacement de centaines de milliers de véhicules détruits par les ouragans Harvey et Irma, au Texas et en Floride.

Après la tempête, les constructeurs automobiles américains récoltent les dollars. General Motors (GM) et Ford, les deux premiers constructeurs du pays profitent de l’effet des ouragans, Irma et Harvey, pour redresser la barre, après des mois de ventes difficiles. General Motors a vendu 279.397 véhicules le mois dernier, accusant une hausse de 11,86 % sur un an. Chez Ford, les nouvelles immatriculations s’élèvent à 222.248, en hausse de 8,7 % sur un an.

500.000 véhicules à remplacer

Selon le cabinet spécialisé Black Book, il va falloir remplacer quelque 500.000 voitures, soit davantage que les 250.000 véhicules endommagés par l’ouragan Sandy ou les 200.000 recensés lors de Katrina.

Dans beaucoup de villes américaines, comme à Houston, au Texas, la voiture est indispensable, car les distances sont grandes et les transports publics peu développés. Depuis le passage, en août, de l’ouragan Harvey, «les ventes de voitures neuves ont bondi dans la ville, car les acheteurs veulent remplacer rapidement les véhicules détruits», explique Jessica Caldwell, experte pour le site de vente de voitures en ligne, «Edmunds.com». Selon elle, la demande a explosé de 109 % à Houston dans les trois semaines ayant suivi l’ouragan, comparé aux trois semaines avant la tragédie. «Cette demande va se poursuivre en octobre et probablement en novembre au rythme des indemnisations des victimes», ajoute Tim Fleming chez Kelley Blue Book, expert automobile.

Son de cloche identique chez Général Motors, où Mustafa Mohatarem, le chef économiste, assure que «les régions dévastées par les ouragans récents vont poursuivre leur rétablissement, ce qui devrait pousser les ventes de voitures neuves et d’occasion».

Les constructeurs étrangers en profitent aussi

L’effet ouragan s’est également fait ressentir dans les ventes des constructeurs étrangers, à l’image de Toyota. Le numéro deux mondial de l’automobile a écoulé 226.632 véhicules sur le sol américain le mois dernier, en hausse de 14,9 % sur un an. Les analystes tablaient sur «seulement» 215.130 nouvelles immatriculations. Quant à son compatriote Nissan, il a vendu 139.932 véhicules, en hausse de 9,5 %. Environ 1,43 million de voitures neuves devraient avoir été écoulées aux États-Unis en septembre.