Opération Warp Speed: Moncef Slaoui démissionne à la demande de Joe Biden

11838
Dr. Moncef Slaoui, le 13 novembre 2020 dans les jardins de la Maison Blanche. (Photo MANDEL NGAN / AFP)

Nommé par Donald Trump à la tête de l’opération «Warp Speed» pour accélérer le développement, la fabrication et la distribution de vaccins contre le Covid-19, le Marocain Moncef Slaoui a été invité à démissionner par l’équipe du président élu, Joe Biden.  

Le docteur Moncef Slaoui, conseiller en chef de l’opération « Warp Speed »  lancée par l’équipe de Donald Trump, a présenté sa démission à la demande de la nouvelle équipe de Joe Biden, rapporte la chaîne CNBC.

Le nouveau président a donc préféré nommer une nouvelle équipe, précise la même source. Son contrat pour cette mission comprend tout de même un préavis de 30 jours, durant desquels Moncef Slaoui aidera les nouveaux conseillers (dont les noms n’ont pas été dévoilés), à reprendre le flambeau.

 

Lire aussi: De militant d’extrême-gauche à conseiller de Trump, 8 choses à savoir sur Moncef Slaoui

 

Moncef Slaoui avait vivement été critiqué après sa nomination par Donald Trump. Répondant à Elizabeth Warren, le chercheur marocain affirmait être «un démocrate», mais «n’avoir pas hésité à assumer ce rôle, car cette pandémie est plus grande que n’importe lequel d’entre nous».

Pour rappel,, s’il y a un domaine dans lequel Moncef Slaoui est mondialement reconnu, c’est bien celui du développement de vaccins. Chez GSK, il avait supervisé le développement de nombreux vaccins, dont Cervarix qui prévient le cancer du col de l’utérus, Rotarix qui prévient la gastro-entérite chez les enfants ainsi qu’un vaccin contre Ebola. Il a également réussi à produire un vaccin contre le paludisme, Mosquirix, qui a été approuvé par l’Agence européenne des médicaments en 2015 et présenté comme le premier au monde. D’ailleurs, avant d’être nommé par Trump pour élaborer un vaccin contre le coronavirus, Slaoui avait commencé à mener, avec Moderna Inc, des essais cliniques sur un vaccin anti-covid-19.