Cisjordanie: des Palestiniens secourent des colons israéliens

1

Des Palestiniens de Cisjordanie ont secouru un couple de colons israéliens après un grave accident provoqué par des jets de pierres sur leur voiture.

Ce n'est pas une romance mais c'est une belle histoire, qui commence par un acte de violence mais qui se termine bien et laisse espérer qu'après des années de haine et de paranoïa, une solution pacifique est encore possible au conflit israélo-palestinien.
 
Samedi soir (23 août), Yedaya Sharchaton, 25 ans et sa femme Hadassah, 24 ans, installés dans une colonie israélienne près d'Hébron, reviennent chez eux avec leur petite fille d'un an, Nitzan: ils ont passé le shabbat auprès de leur famille à Jérusalem. Alors qu'ils traversent un village palestinien, Beit Umar, leur voiture est prise pour cible, à coups de pierres. L'une d'elles, de la "taille d'un melon" selon le quotidien israélien qui relate les évènements, traverse le pare-brise et touche Yedaya à la tête. 

Ce dernier perd du coup le contrôle de la voiture, qui se déporte sur le côté, rentre dans la barrière de sécurité sur le bord de la route avant de se retourner et de finir sa course dans un fossé.
 
Le couple et leur enfant sont alors coincés dans la voiture. Le père, gravement blessé à la tête, est incohérent. C'est Hadassah qui raconte la suite: elle explique comment, voyant des Palestiniens approcher, elle a d'abord eu peur pour son bébé. Mais ces derniers l'ont rassurée et ont dégagé la petite fille de son siège auto, avant de la calmer en la prenant dans leur bras.
 
Pendant ce temps, la jeune femme, une infirmière, essaie de garder son mari éveillé et lui parle tandis que d'autres Palestiniens proposent leur aide. Finalement, une ambulance du Croissant rouge arrive sur place et commence à dégager le couple, jusqu'à ce qu'une ambulance israélienne prenne le relais.
 
Yedaya est hospitalisé, son état est grave: il a dû être placé dans un coma artificiel. Cependant, il a repris brièvement conscience et ses jours ne semblent plus en danger.  Hadassah et sa petite Nitzan sont saines et sauves, en partie grâce à l'aide des passants palestiniens… Une aide que leur beau-père qualifie de "miraculeuse".