Migrants : l’ONU appelle les pays européens à un « partage des responsabilités »

28

Les pays européens doivent faire preuve de responsabilité en matière d’accueil des migrants et demandeurs d’asile, a estimé lundi une agence de l’ONU qui a lancé un appel en faveur d’un « mécanisme régional de débarquement ».

« Il n’est pas réaliste de penser que l’Italie ait la responsabilité de s’occuper du débarquement de tout le monde », a déclaré l’envoyé spécial du Haut-commissariat aux réfugiés (HCR) pour la Méditerranée centrale, Vincent Cochetel, lors d’un point de presse à Genève. Qualifiant d’ »insoutenable » la situation actuelle, ce responsable a affirmé que l’Italie est désespérément seule face au déferlement de réfugiés. « Nous avons besoin que d’autres pays se joignent à l’Italie et partagent cette responsabilité », a-t-il dit. Plus de 83.000 migrants et réfugiés sont arrivés en Italie par la mer depuis le début de l’année, soit une hausse de quelque 20% par rapport à la même période l’an dernier. La plupart d’entre eux sont parties des côtes libyennes à bord d’embarcations vétustes. Selon l’ONU, plus de 2.000 ont trouvé la mort durant leur périple. Selon M. Cochetel, le fait que l’Italie autorise l’arrivée jusqu’ici des bateaux de migrants « ne veut pas dire qu’elle est responsable pour autant du traitement des dossiers ».

Il a dans ce contexte appelé à la révision de l’accord européen de 2015 sur la réinstallation des réfugiés qui avait pour but de réinstaller 160.000 réfugiés arrivés en Italie et en Grèce vers d’autres pays européens. Seuls 20.000 ont été réinstallés à ce jour, et la Hongrie, la Pologne et la République tchèque ont refusé d’assumer leur part.

Aujourd’hui, les migrants originaires de pays d’Afrique de l’Ouest, tels que le Nigeria et le Mali, représentent plus de la moitié des arrivants en provenance de Libye, révèle un rapport du HCR publié lundi.