Mauritanie: l’ex-président Abdallahi, démocratiquement élu en 2007, est décédé

585
L'ancien chef de l'Etat mauritanien Sidi Ould Cheikh Abdallahi est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à Nouakchott à l'âge de 82 ans. DR

L’ancien chef de l’Etat mauritanien Sidi Ould Cheikh Abdallahi, premier président du pays démocratiquement élu en 2007 et renversé par un pustch l’année suivante, est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à Nouakchott, a-t-on appris auprès de sa famille et de la présidence.

Abdallahi, né en 1938, a succombé des suites d’un malaise cardiaque dans une clinique privée de la capitale, selon ses proches. Il était revenu récemment de Turquie après des soins médicaux, a indiqué l’un d’eux à l’AFP.

La présidence mauritanienne a annoncé dans un communiqué un deuil national de trois jours à partir de lundi et des obsèques nationales, sans préciser de date. L’ancien chef d’Etat doit être inhumé lundi dans son village natal de Lemden (150 km à l’est de Nouakchott), selon sa famille.

Abdallahi, proclamé président le 19 avril 2007, avait été renversé 15 mois plus tard, le 6 août 2008, par un coup Etat mené par Mohamed Ould Abdel Aziz qu’il avait limogé du commandement de la garde présidentielle.

 

Lire aussi : Entretien téléphonique entre le roi Mohammed VI et le président mauritanien

 

Aziz, alors colonel de l’armée, s’était auparavant distingué par son soutien à la candidature de celui qu’il renversera, avant d’occuper lui-même le poste de président de 2009 à 2019.

Aziz lui reprochait aussi de n’avoir pas suffisamment prix au sérieux la menace représentée par Al Qaida au Maghreb islamique Aqmi) en Mauritanie où les groupes islamistes armés semaient la terreur.

Après son refus de céder le pouvoir lors du coup d’Etat de Aziz, Abdallahi va être emprisonné dans un lieu tenu secret avant d’être libéré le 21 décembre 2008 après des négociations avec les auteurs du coup d’Etat qui l’a renversé et qui avaient été organisées à Dakar sous l’égide de l’Union africaine et de l’ONU.

Il restera toutefois placé sous résidence surveillée dans son village natal de Lemden jusqu’au 27 juin 2009.

 

Lire aussi : Guerguerat: reprise du trafic routier à la frontière avec la Mauritanie

 

Ancien ministre sous le premier président Moktar Ould Daddah (1960-1978) et plus tard sous Maaouiya Ould Sidi Ahmed Taya (1984-2005), Sidi Ould Cheikh Abdallahi a été notamment conseiller économique du gouvernement kowétien.

Il s’était ces dernières années retiré de la vie politique et était resté très discret.

Cet homme pondéré, réputé pieux, était un membre d’une branche sénégalaise de la confrérie des Tidianes, fondée par un chef religieux sénégalais Cheikh Ibrahima Niass et basée à Kaolack (centre du Sénégal) où il assistait souvent à la fête marquant l’anniversaire du prophète Mahomet.