Malaisie: après des semaines d’absence, le roi abdique sans donner de raison

23
DR

Le roi de Malaisie a abdiqué dimanche, a annoncé le palais, mettant fin à des semaines de spéculations nourries par son absence officiellement pour raisons de santé et les rumeurs selon lesquelles il aurait épousé une ancienne reine de beauté russe.

Le sultan Muhammad V est le premier roi de Malaisie à abdiquer depuis que ce pays essentiellement musulman a regagné son indépendance de la Grande-Bretagne en 1957.

« Le Palais national annonce que sa majesté a démissionné en tant que 15e roi, et que cette décision entre en vigueur le 6 janvier », dit le communiqué du palais qui ne donne aucune raison à ce départ.

Mais les rumeurs, elles, allaient bon train ces dernières semaines autour de l’absence de ce roi âgé de 49 ans et connu pour aimer les randonnées en 4×4 et autres sports extrêmes comme des courses d’endurance.

Lire aussi : Malaisie: des biens saisis à l'ex-Premier ministre estimés jusqu'à 234 millions d'euros

Il a étudié à Oxford et n’hésitait pas à paraître en public sans cérémonie, pour participer par exemple à des marches pour promouvoir la santé.

Il avait pris début novembre un congé de deux mois, officiellement pour recevoir un traitement médical.

Mais les rumeurs ont ensuite parlé d’un mariage avec une ancienne Miss Moscou – rumeurs que le palais a refusé de commenter.

Selon des journaux russes et britanniques, le mariage, fastueux, aurait eu lieu à Moscou.

Lire aussi : Diapo. L'histoire d'amour entre un Marocain et une Malaisienne qui transcende les clichés

En début de semaine, une réunion exceptionnelle du Conseil royal a laissé penser que les choses étaient sérieuses.

La Malaisie est une monarchie constitutionnelle aux modalités uniques au monde. Le roi change tous les cinq ans, toujours élu parmi les familles royales qui dirigent neuf des 13 Etats du pays.

Muhammad V avait été élu en décembre 2016. Il va reprendre son rôle de dirigeant cérémonial de l’Etat islamique conservateur du Kelantan (nord).

Le Conseil royal va donc devoir se réunir pour élire un nouveau roi.

Si le rôle du roi est plutôt cérémonial, il est très respecté en Malaisie, et toute critique est interdite. Son portrait est présent dans les endroits publics, et il est aussi le chef symbolique de l’Islam dans le pays, ainsi que le chef honoraire de l’armée.