« Mafia pizza »: péril sur l’image du « Made in Italy »

La chaîne de restaurants espagnole 'La Mafia' ('La Mafia se sienta ala mesa'). DR

« Mafieux à la pistache », « Mafia pizza », café « Maffiozzo »: le principal syndicat agricole italien a tiré vendredi la sonnette d’alarme sur des produits agro-alimentaires vendus en Italie et dans le monde, faisant référence au crime organisé, et qui portent atteinte à l’image du « Made in Italy ».

« L’utilisation de noms se référant à la mafia est un commerce qui provoque un profond dommage à l’image du +Made in Italy+, en exploitant des stéréotypes liés aux organisations mafieuses au point de les normaliser », a déploré Ettore Prandini, le président de Coldiretti, principale organisation agricole, dans un communiqué reçu par l’AFP.

A Taormine, commune de Sicile, perchée sur une colline et haut lieu du tourisme mondial, une pâtisserie aligne des « Mafieux à la pistache » ou encore des « Cosa nostra aux amandes », tandis que le populaire site américain Tripadvisor propose carrément une section thématique dédiée aux « fans de mafieux ».

Le « mafia style » dans le marketing, qui génère des millions d’euros, est planétaire, déplore quelque peu impuissant le syndicat Coldiretti, qui répertorie un florilège d' »offenses » à l’Italie.

 

Lire aussi : Italie: l'épouse du terroriste Abderrahim Moutaharrik expulsée vers le Maroc

 

Des bars et restaurants sont baptisés « Cosa Nostra », « Chez les mafieux », « Belle mafia », « Mafia pizza », du Mexique à l’Egypte, en passant par les Etats-Unis et la Macédoine, recense l’organisation.

Le syndicat a aussi découvert avec effroi qu’en Norvège, « pays d’Europe du Nord considéré traditionnellement parmi les plus civilisés du monde », le site de la télévision publique a présenté le cannolo – célèbre gâteau sicilien en forme de tube – comme un « mafiakaker eller cannoli » (le dessert de la mafia, les cannoli).

En Bulgarie, on boit aussi le café « Mafiozzo », tandis que la Belgique s’enorgueillit d’une « sauce mafia » pour les frites. Egalement au banc des accusés, un vin californien « Le Parrain », un « livre de cuisine de la mafia » sur internet, et même des bonbons à commander sur www.candymafia.com.