H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Les Nations unies ont indiqué vendredi s’attendre à jusqu’à un demi-million de réfugiés afghans supplémentaires en 2021, dans le pire des scénarios, même si pour l’instant aucun exode n’est constaté.

    « En termes de chiffres, nous nous préparons à environ 500.000 nouveaux réfugiés dans la région. Il s’agit du scénario le plus pessimiste », a déclaré Kelly Clements, Haut-Commissaire adjointe de l’agence de l’ONU pour les réfugiés (HCR), à l’occasion de la présentation du Plan régional de préparation et d’intervention pour les réfugiés afghans.

    « N’oubliez pas que plus de 2,2 millions d’Afghans sont déjà accueillis par l’Iran et le Pakistan, et que la fuite est parfois non seulement le dernier recours, mais aussi la seule option dont disposent les gens pour survivre et jouir des droits humains les plus fondamentaux », a-t-elle ajouté.

    L’Iran et le Pakistan accueillent en outre 3 autres millions d’Afghans ayant divers statuts, dont de nombreuses personnes sans papier, selon le HCR.

    Ce plan prévoit un appel de fonds de 299 millions de dollars (254,4 millions d’euros) pour financer cette année les activités des agences de l’ONU, dont le HCR, le Programme alimentaire mondial et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), ainsi que d’ONG avec lesquelles les Nations unies travaillent.

    « Un financement accru et immédiat nous permettra de mettre en place des réserves de matériels de secours et d’être prêts pour une intervention d’urgence », a expliqué Mme Clements.

     

    Lire aussi: Afghanistan: une mosaïque ethnique dans un pays fragmenté

     

    « Bien que nous n’ayons pas constaté d’importants départs d’Afghans à ce stade, la situation en Afghanistan a évolué plus rapidement que quiconque ne l’avait prévu. Nous devons donc être prêts à faire face à toutes les éventualités », a-t-elle insisté.

    L’Afghanistan est tombé aux mains des talibans après une offensive fulgurante, avant même que n’expire le délai fixé par le président Joe Biden pour le retrait des derniers militaires américains, le 31 août.

    Les talibans se sont efforcés depuis leur retour d’afficher une image ouverte et modérée. Mais beaucoup d’Afghans, souvent urbains et éduqués, craignent que les islamistes n’instaurent le même type de régime fondamentaliste et brutal que lorsqu’ils étaient au pouvoir entre 1996 et 2001.

    Ceux qui travaillé ces dernières années avec les étrangers ou le gouvernement pro-occidental déchu, notamment, craignent d’être réduits au silence voire traqués et ont nourri le flot des nombreux candidats au départ à l’aéroport de Kaboul, où un double attentat a causé la mort de dizaines de personnes jeudi.

    Plus de 558.000 Afghans ont été contraints de se déplacer à l’intérieur de l’Afghanistan cette année, rejoignant ainsi les quelque 2,9 millions d’Afghans qui étaient déjà déplacés internes à travers le pays à la fin 2020, selon le HCR.

    « Nous savons que l’insécurité et la violence croissante ont provoqué le déplacement de plus d’un demi-million d’Afghans cette année seulement, dont 80% sont des femmes et des enfants », a souligné Mme Clements.

    Share.

    Comments are closed.