L’ONU regrette la décision de Washington de se retirer du Pacte mondial sur la migration

797
Le siège de l'ONU à New York. Crédit: DR

L’organisation des Nations-Unies a regretté, lundi, la décision des Etats-Unis de se retirer du Pacte mondial sur la migration, estimant toutefois que cette décision ne devrait pas influencer le consensus international sur la question.

« Evidemment, c’est une décision que nous regrettons. Mais je pense qu’il existe assez de temps pour un engagement américain sur la question », a déclaré le porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, Stéphane Dujarric.

Le 19 septembre 2016, l’Assemblée générale des Nations Unies avait adopté un ensemble d’engagements destinés à améliorer la protection des réfugiés et des migrants. Ces engagements sont énoncés dans la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants.

Cette Déclaration ouvre la voie à l’adoption de deux nouveaux traités mondiaux en 2018 : le Pacte mondial sur les réfugiés et le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

« La Déclaration de New York comprend des dispositions incompatibles avec les politiques américaines d’immigration et de réfugiés et avec les principes migratoires de l’Administration Trump », a indiqué la mission des Etats-Unis auprès de l’ONU pour justifier le retrait américain.

« Par conséquent, le président Trump a décidé de mettre fin à la participation des Etats-Unis à la préparation du Pacte qui vise à obtenir un consensus au niveau de l’ONU en 2018 », a ajouté la mission dans un communiqué.

Pour le porte-parole de l’ONU, la décision américaine « ne devra pas perturber ce que nous considérons comme un consensus clair émanant de la Déclaration de New York pour un tel Pacte mondial, qui sera, faut-il le rappeler, non juridiquement contraignant et basé sur la coopération des Etats dans le respect des intérêts nationaux ».

Cette décision coïncide avec l’ouverture, lundi à Puerto Vallarta au Mexique, des travaux de la réunion préparatoire de la Conférence intergouvernementale pour l’adoption du pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

« Nous avons hâtes évidemment de voir les résultats des discussions de la réunion qui se tient au Mexique et le début de discussions plus formelles en février prochain », a conclu le porte-parole de l’ONU.