L’Iran rejette l’idée de nouvelles négociations nucléaires évoquée par Paris

Téhéran a rejeté vendredi l’idée de nouvelles négociations sur le nucléaire iranien, évoquée par le président français Emmanuel Macron, estimant qu’un élargissement de l’accord existant, signé en 2015, signerait son échec.

A l’occasion d’une rencontre avec le président américain Donald Trump, Emmanuel Macron a déclaré jeudi que « nous devons ouvrir de nouvelles négociations » avec Téhéran afin d’assurer « la paix dans la région ».

« Nous voulons être sûrs qu’ils n’obtiennent pas l’arme nucléaire », a dit le président français, ajoutant que « nous avions un instrument jusqu’en 2025 », en référence à ce que prévoyait l’accord conclu en 2015 à Vienne entre l’Iran et six puissances.

Téhéran a accepté de brider son programme nucléaire et s’est engagé à ne jamais chercher à se doter de la bombe atomique, obtenant en échange la levée d’une partie des sanctions économiques internationales.

Les Etats-Unis se sont unilatéralement retirés de cet accord en mai 2018.

Emmanuel Macron tente de longue date de vendre l’idée d’un nouvel accord qui viendrait élargir la base de l’accord existant en intégrant notamment des éléments limitant l’activité balistique de Téhéran.

« Le fait de soulever des questions en dehors du JCPOA (accord nucléaire, ndlr) ne contribue pas à la sauvegarde du JCPOA mais augmentera au contraire la méfiance des (Etats) toujours parties » à l’accord, a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes, Abbas Moussavi, dans un communiqué publié sur le site de son ministère.

Pour M. Moussavi, les pays européens parties à l’accord (la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne), ont été « incapables d’agir selon leurs engagements ».

Ces trois pays appellent à sauver l’accord nucléaire malgré le retrait de Washington.

L’Iran leur a lancé le 8 mai un ultimatum –ainsi qu’aux deux autres parties restantes à l’accord, la Chine et la Russie– pour sortir de leur isolement les secteurs pétrolier et financier iraniens, visés par les sanctions américaines.

Téhéran a aussi annoncé s’affranchir de deux de ses engagements pris au titre de l’accord nucléaire.

Le fait d’élargir l’accord « aiderait seulement l’Amérique à se rapprocher de son objectif, qui est l’effondrement du JCPOA », a affirmé M. Moussavi.