Libye: le Premier ministre désigné soumet son gouvernement au Parlement

81

Le Premier ministre libyen désigné, Abdel Hamid Dbeibah, doit soumettre jeudi la composition de son gouvernement en vue de son approbation par le Parlement, première étape d’une transition qui prévoit la tenue d’élections en décembre pour mettre fin à une décennie de chaos.

Le bureau de M. Dbeibah a annoncé mercredi soir que la liste serait transmise « jeudi au Conseil présidentiel, avant d’être soumise à l’approbation de la Chambre des représentants ».

Le Premier ministre désigné a jusqu’au 19 mars pour obtenir cette confiance, avant de s’atteler à la lourde tâche d’unifier les institutions et mener la transition jusqu’au scrutin du 24 décembre.

L’objectif final est de tenter de répondre aux attentes des Libyens, qui souffrent de pénuries de liquidités et d’essence, de coupures d’électricité et d’une inflation galopante.

La Libye, qui a célébré la semaine dernière le 10e anniversaire de la révolte ayant abouti à la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, est en effet engluée dans le chaos, minée par les divisions politiques.

 

– « Inclusion » –

 

Abdel Hamid Dbeibah est un ingénieur de formation et homme d’affaires de 61 ans ayant occupé des postes de responsabilités sous Kadhafi.

A la surprise générale, il a été désigné Premier ministre le 5 février par 75 délégués libyens de tous bords réunis à Genève sous l’égide de l’ONU. Un Conseil présidentiel de trois membres a aussi été élu.

Depuis, il a multiplié rencontres et déplacements pour mettre sur pied une équipe devant remplacer le Gouvernement d’union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, installé en 2016 à Tripoli (ouest) et reconnu par l’ONU.

Mis en place en vertu d’un précédent processus interlibyen au Maroc, le GNA n’a jamais réussi à obtenir la confiance du Parlement, basé dans l’Est et appuyé par l’homme fort de la région, le maréchal Khalifa Haftar.

 

Lire aussi. Qui est Abdel Hamid Dbeibah, riche homme d’affaires propulsé Premier ministre libyen?

 

Le GNA a échoué, de fait, à imposer sa légitimité et son autorité sur ce pays qui dispose des plus abondantes réserves de pétrole d’Afrique.

Les luttes de pouvoir ont fini par plonger le pays dans la guerre en avril 2019, sur fond d’ingérences étrangères, avec une offensive des pro-Haftar pour tenter de s’emparer de Tripoli.

Après l’échec de cette opération, un cessez-le-feu a été conclu en octobre 2020 sous l’égide de l’ONU, suivi d’un accord pour des élections fin 2021.

En consacrant sa première visite à l’étranger à l’Egypte, soutien du maréchal Haftar, et non à la Turquie, grand soutien du GNA, M. Dbeibah a paru vouloir mettre de côté les alliances passées.

Il a en outre promis de choisir les ministres « selon des critères de compétence, de diversité et d’inclusion ».

Selon la feuille de route onusienne, au moins « 30% des postes de direction du gouvernement, ministres et vice-ministres inclus », doivent revenir à des femmes mais aussi à des jeunes, depuis longtemps mis à l’écart par des caciques.

Jan Kubis, le nouvel émissaire de l’ONU, et M. Dbeibah ont discuté mercredi par téléphone des « progrès pour la formation du gouvernement et des efforts pour convoquer une session » parlementaire.

 

– Laissés-pour-compte –

 

C’est dans cet esprit que M. Dbeibah a rencontré le 19 février à Tobrouk (est) Aguila Saleh, le président du Parlement.

Comme d’autres institutions, cette instance a été minée par les divisions. En 2019 notamment, une cinquantaine de députés (sur 188) ont boycotté le Parlement pour protester contre le soutien de M. Saleh à l’offensive des pro-Haftar sur Tripoli.

M. Dbeibah a rappelé récemment que si le quorum sur le vote de confiance au Parlement n’était pas atteint, il reviendrait aux 75 délégués libyens de Genève d’approuver son cabinet.

En attendant, le lieu où le Parlement doit se réunir pour le vote ne fait pas consensus: M. Saleh et une poignée d’élus veulent tenir la session à Syrte, à mi-chemin entre l’Est et l’Ouest, alors que plus de 140 députés préfèrent Sabratha, à l’Ouest.

Pour Emadeddin Badi, expert à la Global Initiative basée à Genève, la tâche M. Dbeibah sera ardue.

Si sa désignation « s’est momentanément traduite par une large adhésion dans le pays », certains laissés-pour-compte « se mobiliseront sans doute pour entraver tout soutien à son administration », a-t-il indiqué à l’AFP.