Libye: brève suspension des vols à Tripoli après la chute de roquettes

Les vols ont été suspendus durant quelques heures mercredi dans le seul aéroport opérationnel de la capitale libyenne Tripoli, à la suite de la chute de roquettes.

L’aéroport international de Mitiga a été la cible de « six roquettes Grad », dans une « nouvelle violation du cessez-le-feu », instauré depuis le 12 janvier entre les belligérants libyens, selon le porte-parole des forces du gouvernement d’union (GNA) basé à Tripoli.

Le porte-parole, Mohamad Gnounou, a accusé « les milices du criminel de guerre (Khalifa) Haftar » de ces tirs.

La direction de l’aéroport de Mitiga a suspendu le trafic aérien avant d’annoncer quelques heures plus tard la reprise des vols.

 

Lire aussi: Accord international pour relancer les efforts de paix en Libye

 

Des avions notamment en provenance de Tunis, ont dû atterrir à Misrata, 200 kilomètres plus à l’est.

Depuis le début le 4 avril d’une offensive des forces du maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est libyen, pour s’emparer de Tripoli, l’aéroport a été à plusieurs reprises la cible de frappes aériennes et de tirs de roquettes attribuées aux proHaftar.

Ceux-ci accusent le GNA, reconnu par l’ONU, d’utiliser une partie de l’aéroport à des fins militaires, ce que le GNA dément.

Le trafic aérien à Mitiga avait repris mi-décembre après trois mois de suspension.

Mitiga est à l’origine une base militaire avant d’être ouvert au trafic civil pour remplacer l’aéroport international de Tripoli, gravement endommagé en 2014 lors de violences.