Les rebelles disent être bloqués à Sanaa avant les pourparlers de Genève

93
AFP PHOTO / STRINGER
Les rebelles Houthis du Yémen ont affirmé mercredi que leur délégation était bloquée dans la capitale Sanaa, à la veille des pourparlers de paix convoquées par les Nations unies jeudi à Genève. 
« L’ONU n’a pas réussi à obtenir une autorisation des pays de l’agression (ndlr: Arabie saoudite et Emirats arabes unis) pour fournir un avion omanais afin de transporter la délégation (des Houthis), des blessés et des personnes bloquées » à Sanaa, a déclaré une source au sein de la délégation, citée par la chaîne de télévision rebelle Al-Massirah.
Les Houthis n’ont pas expliqué pourquoi l’avion de la délégation rebelle était censé transporter « des blessés et des personnes bloquées » dans la capitale yéménite.
Cette annonce a jeté un doute sur la participation dès jeudi de la délégation rebelle aux « consultations sur le Yémen » organisées à Genève par le nouveau médiateur de l’ONU Martin Griffiths.
Lire aussi: 40 enfants tués au Yémen: la coalition persiste mais admet des «erreurs»
Il s’agit des premiers pourparlers depuis l’échec en août 2016 d’un processus de paix qui avait duré plusieurs mois au Koweït.
« Il n’y a (aussi) aucune garantie réelle sur le retour de la délégation (des Houthis) à Sanaa », a déclaré la source de la délégation rebelle en rappelant qu’une délégation des Houthis était restée bloquée pendant trois mois à Oman après les négociations au Koweït.
La guerre au Yémen oppose des forces progouvernementales, appuyées par Ryad et Abou Dhabi, aux rebelles, soutenus par l’Iran et qui se sont emparés en 2014 et 2015 de vastes régions du pays dont la capitale Sanaa.
En mars 2015, une coalition sous commandement saoudien est intervenue militairement au Yémen en soutien aux forces progouvernementales et la guerre se poursuit depuis.
Mercredi, un porte-parole de la coalition n’a pas répondu à des demandes de commentaires sur le retard dans le départ de la délégation des Houthis.
Le conflit a fait quelque 10.000 morts et provoqué la pire crise humanitaire au monde, selon l’ONU.