Les Etats-Unis appellent l'Egypte à autoriser les "manifestations pacifiques"

à 19:15

Les Etats-Unis ont appelé vendredi l'Egypte à permettre "les manifestations politiques pacifiques", défendant "le droit des Egyptiens à exprimer librement leurs opinions".

Un haut responsable américain a déclaré à New York, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, que Washington soutenait "le droit d'association et le droit de manifester pacifiquement". "Nous suivons la situation sur le terrain", a-t-il ajouté alors que des manifestations inédites contre le président Abdel Fattah al-Sissi commencent à se produire en Egypte.

LIRE AUSSI: Egypte: manifestations sporadiques de pro et anti-Sissi

 

"Il y a eu un certain nombre d'arrestations", a poursuivi ce responsable. "Nous appelons le gouvernement égyptien à protéger la capacité de ses concitoyens à exercer ces droits librement", a-t-il insisté.

Des manifestations anti-Sissi d'ampleur limitée, ainsi que des rassemblements de soutien au président, ont eu lieu vendredi en Egypte, une semaine après une mobilisation inédite contre le pouvoir ayant conduit à des centaines d'arrestations.

Elu en 2014 après avoir renversé son prédécesseur islamiste Mohamed Morsi un an plus tôt, le président Sissi s'est imposé comme l'une des figures les plus autoritaires du Moyen-Orient, écartant impitoyablement toute velléité de contestation ou d'opposition.

Lors de sa rencontre avec Donald Trump lundi à l'Assemblée générale de l'ONU, le chef de l'Etat égyptien avait pourtant reçu un soutien appuyé du président des Etats-Unis.

"C'est un vrai leader. Il a fait des choses absolument incroyables en très peu de temps. Quand il est arrivé au pouvoir, il n'y a pas si longtemps, c'était le chaos. Et ce n'est plus le cas à présent", avait assuré le milliardaire républicain à côté de son "ami".

Interrogé sur les manifestations appelant au départ d'Abdel Fattah al-Sissi en Egypte, Donald Trump avait répondu ne pas être inquiet. "Tout le monde a des manifestations", avait-il balayé, estimant que le président égyptien était "très respecté" et avait "ramené l'ordre".