Les Emirats réduisent leur présence au Yémen mais n’en partent pas (MAE)

67

Les Emirats arabes unis, pilier d’une coalition intervenant militairement au Yémen sous commandement saoudien, ne quittent pas le pays en guerre même s’ils réduisent leurs troupes, a précisé un ministre en appelant à redoubler d’efforts pour une solution politique.

« Juste pour être clair, les Emirats arabes unis et le reste de la coalition ne quittent pas le Yémen », a déclaré le ministre d’Etat aux Affaires étrangères, Anwar Gargash, dans une tribune publiée lundi par le quotidien américain Washington Post.

« Nous allons agir différemment, mais nous restons présents militairement. En accord avec le droit international, nous continuerons à conseiller et assister les forces locales yéménites », a-t-il poursuivi.

 

Lire aussi: Les Emirats arabes unis réduisent leurs troupes au Yémen

 

Les Emirats interviennent au Yémen depuis mars 2015 au sein de la coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite en soutien aux forces gouvernementales luttant contre les rebelles Houthis, soutenus politiquement par l’Iran.

M. Gargash a estimé que les Houthis devraient interpréter la réduction de la présence militaire émiratie « comme une mesure de confiance destinée à créer une nouvelle opportunité de mettre fin au conflit ».

« Il n’y a pas eu de victoire facile et il n’y aura pas de paix facile, mais il est maintenant temps de redoubler d’efforts pour un processus politique », a ajouté le ministre.

 

Lire aussi: Arabie: 26 civils blessés dans une attaque des rebelles yéménites contre un aéroport

 

Le conflit au Yémen, qui dure depuis plus de quatre ans, a créé la pire crise humanitaire dans le monde, alerte régulièrement l’ONU. Des dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux civils, ont été tués et 3,3 millions sont toujours déplacées, selon diverses organisations humanitaires.

Les derniers pourparlers sous l’égide de l’ONU pour tenter de résoudre le conflit ont eu lieu en décembre dernier en Suède. Si un accord avait été trouvé pour réduire les combats dans la ville portuaire de Hodeida, ils avaient échoué à mener à un accord pour mettre fin au conflit.